Le 26 mai, refusons les diktats économiques et les tentations nationalistes

24052019

Communiqué du LRDG77 – Les Radicaux de Gauche de Seine & Marne.

Le 26 mai, nous allons voter pour renouveler nos représentants au Parlement européen, l’instance la plus démocratique de l’Union européenne, car elle représente directement les peuples qui la composent.

Toutefois, le risque d’abstention est fort pour ce scrutin. Une abstention due principalement à la méconnaissance par les citoyens européens du rôle du Parlement. Un Parlement qui partage son pouvoir législatif avec le Conseil de l’Union européenne, et dont les pouvoirs se sont accrus lors des dernières années.

Avec le Brexit, la montée des populismes, voire des extrémismes. Avec le dérèglement climatique, entrainant catastrophes naturelles et humaines. Avec la politique de traités de libre-échange, faisant la part belle au libéralisme sans contrôle au détriment des populations et de leurs droits. Avec les atteintes aux droits des femmes, des homosexuels, des minorités et aux libertés de la presse et d’expression. L’Union européenne se trouve à un moment capital pour son avenir.

Allons-nous laisser le Parlement et l’Europe entre les mains de populistes, prêts à détruire 60 ans de construction européenne, de paix et de coopération ? Ou bien encore, entre les mains de libéraux, qui veulent faire passer par l’Union ce que les peuples leur refuseraient dans leur pays, qu’il s’agisse de la destruction des services publics, des droits sociaux, environnementaux et humains ?

Le scrutin du 26 mai doit être un message envoyé aux gouvernements :  » Non ! Les peuples d’Europe ne veulent pas de votre politique ! Ils désirent la paix, le respect des droits humains et la sauvegarde de l’Humanité menacée !  »

Les Radicaux de gauche de Seine-et-Marne – LRDG77, fidèles à la doctrine radicale, qui a toujours porté ses militantes et ses militants vers la construction d’une Europe unie, sociale et ouverte, avec l’ambition de voir émerger une Europe fédérale, appellent à voter pour des listes qui sauront répondre, d’une manière novatrice, aux besoins de progrès, de justice sociale, de droits humains et de protection de l’environnement et qui avec les peuples européens, choisiront de construire une Europe qui refusera les diktats économiques et les tentations nationalistes.

Le 26 mai, rejetons les extrémistes, les conservateurs, les libéraux et leurs alliés sociaux-libéraux et votons pour les listes sincèrement de gauche, républicaines, progressistes et sociales.

LRDG77




Envie d’Europe, envie de rompre

4052019

Communiqué du LRDG

Au Parlement européen, Virginie Rozière, notre eurodéputée et co-présidente des Radicaux de Gauche (LRDG) a défendu avec succès la protection des lanceurs d’alerte.
Comme annoncé en juin 2018, pour les européennes nous souhaitions poursuivre cet engagement avec une liste d’union de la gauche. Dans cet objectif, nous avons conclu un accord avec Place Publique et le PS et rejoint la liste Envie d’Europe.
Virginie Rozière et Stéphane Saint-André, ont fondé en 2017 les Radicaux de gauche, en rupture avec l’ancien parti de Jean-Michel Baylet, par ailleurs patron du groupe de presse La Dépêche du Midi, lorsque celui-ci s’est rallié à Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, Raphaël Glucksmann et Olivier Faure s’asseoient sur leurs engagements en cédant aux pressions du patron de ce groupe de presse régional.
Dans ces conditions, c’est un soulagement de ne pas être sur la liste Envie d’Europe, une liste qui prétend défendre les citoyens contre les lobbies et qui, en réalité, cède à la pression du premier lobby venu pour écarter la députée, qui justement, s’est battue pour protéger les lanceurs d’alerte.
Une liste qui prétend réaliser l’union de la gauche et qui, en réalité, écarte les Radicaux authentiquement de gauche.
Des pratiques ni citoyennes, ni de gauche.



Le radicalisme, faut s’accrocher pour suivre !

4052019
Il y a toujours eu en France plusieurs tendances du vieux parti Radical. Même sous la IIIeme République, le parti avait des radicaux modérés, comme Edouard Daladier, et des radicaux plus à gauche, comme Jean Zay ou Pierre Mendes-France
Lors de la scission du Parti républicain, radical et radical-socialiste (son nom complet), l’aile gauche du parti fonda le MRG et rejoignit le programme commun PS-PCF. Les radicaux « valoisiens » , appelés ainsi, car le siège du parti radical, se situe place de Valois à Paris, créèrent, avec d’autres, quelques années plus tard l’UDF.
En 2017, la direction du parti qui hérita du MRG décida de rejoindre, 45 ans après la scission, les radicaux de droite pour créer le MRSL. Les radicaux, qui avaient une conscience de gauche y restèrent et donnèrent naissance au LRDG
Trouvant que leurs hautes qualités n’étaient pas reconnues à leur juste valeur, les radicaux qui avaient quitté la gauche pour une espèce de centre-droit, décidèrent de repartir, inventant par là même, le radicalisme nomade.
Il existe à ce jour, 3 tendances radicales en France. A droite, le MRSL, héritier des radicaux modérés et républicains, les radicaux de gauche LRDG, dans la lignée des radicaux-socialistes comme Jean Moulin et les radicaux voyageurs, plus proches de Marco Polo que de Robert Fabre.
Je reconnais que ce n’est pas facile d’y voir clair. Le plus simple est de se dire que le radical MRSL roule pour Macron, le radical de gauche tente, même contre elle, d’unir la gauche et le radical Marco Polo navigue à droite, à gauche, mais toujours près du bol de soupe.



Les Radicaux de Gauche rejoignent la liste Envie d’Europe aux côtés du PS et PP

24042019

Communiqué des Radicaux de Gauche – LRDG

Le parti Les Radicaux de Gauche (LRDG) est issu de la volonté d’ancrer les valeurs radicales résolument à gauche. Dès juin 2018, Les Radicaux de Gauche ont appelé à l’union des formations de gauche dans la perspective des élections européennes.

En cohérence, les Radicaux de Gauche, co-présidés par Virginie Rozière, députée européenne sortante et par Stéphane Saint-André ancien député maire de Béthune, ont décidé de rejoindre la liste Envie d’Europe, aux côtés de Place Publique et du PS.

Les Radicaux de Gauche y seront représentés par Virginie Rozière en 10ème position, ainsi que par Géraldine Guilpain (Bretagne), Stéphane Saint-André (Hauts-de-France), Isabelle Amaglio-Térisse (Ile-de-France), Jean-Marc Dessaud (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et Jeanne Sotter (Pays de la Loire).

enviede

 




Virginie Rozière : Le Parlement européen proie du lobbying religieux

17042019

Vidéo de l’Eurodéputée Radicale de Gauche, Virginie Rozière, dénonçant le lobbyisme religieux au Parlement européen.

« Alors que notre mandat s’achève le bureau du parlement a rendu un rapport avec des recommandations pour la mise en oeuvre de l’article 17. Cet article, prévu par les traités européens, organise le dialogue entre les institutions et les religions. Ce rapport renforce le lobbying et permet même au parlement européen de former les mouvements religieux. Quand on sait que plus de 50 millions d’euros ont servi à financer la lutte contre les droits des femmes et des personnes LGBTI »

Image de prévisualisation YouTube



La majorité départementale se tresse des lauriers – Communiqué du LRDG77

8042019

Un récent sondage, commandé par le Département, fait ressortir que 90% des Seine-et-Marnais sont heureux de vivre dans le 77 et qu’ils sont 71% à être satisfaits de l’action de la collectivité départementale.

Pour notre part, Radicaux de Gauche du 77 – LRDG77, si nous ne doutons pas de la sincérité de ces chiffres, nous relevons aussi, qu’au-delà d’un sondage, une autre réalité est à prendre en compte, dans notre département. Une réalité, que font ressortir les mobilisations sociales et les votes ou abstentions de contestation. Une réalité du quotidien vécues par des milliers de Seine-et-Marnais et qui vient un peu ternir le tableau idyllique peint par et pour le Département.

La majorité départementale (LR et UDI) fait la même erreur que la majorité nationale. Différentes, mais tellement proches idéologiquement. Cette erreur est d’ignorer le sentiment de déclassement d’un grand nombre de nos concitoyens. Le 77 connait un développement important, c’est vrai. Un développement concentré en des points précis de son territoire (CDG, Marne-la-vallée, Melun-Sénart) et qui délaisse des pans entiers de celui-ci.

Ils sont nombreux les habitants de notre département à déplorer le fossé qui désormais les sépare du      » département qui va bien « . Et plus, on s’éloigne de la zone du Grand Paris, plus le fossé se creuse. Disparition des services publics, déploiement de la fibre optique au ralenti, transports collectifs déficients, fermeture des commerces en milieu rural, accès restreint à la culture, délocalisations d’entreprises, désertification médicale, entrainent fermetures de classes, raréfaction de la vie sociale et favorisent la montée des colères.

Certains de ces domaines ne sont pas directement de la compétence du Département, certes. Mais ses actions de soutien aux territoires, aux associations et à la population, comme celles auprès des services de l’Etat ou de la Région, manquent d’ambition et de résultats.

La majorité départementale peut s’enorgueillir de voir de nombreux Seine-et-Marnais aimer vivre dans le département, mais elle devrait aussi se soucier du fait, qu’ils le paient cher, en terme d’argent, de temps et d’isolement. Et devrait attendre un peu avant de se tresser des lauriers !

Pour le LRDG77,

Christophe François

deslauriers







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...