• Accueil
  • > Breves
  • > Le radicalisme, faut s’accrocher pour suivre !

Le radicalisme, faut s’accrocher pour suivre !

4 05 2019
Il y a toujours eu en France plusieurs tendances du vieux parti Radical. Même sous la IIIeme République, le parti avait des radicaux modérés, comme Edouard Daladier, et des radicaux plus à gauche, comme Jean Zay ou Pierre Mendes-France
Lors de la scission du Parti républicain, radical et radical-socialiste (son nom complet), l’aile gauche du parti fonda le MRG et rejoignit le programme commun PS-PCF. Les radicaux « valoisiens » , appelés ainsi, car le siège du parti radical, se situe place de Valois à Paris, créèrent, avec d’autres, quelques années plus tard l’UDF.
En 2017, la direction du parti qui hérita du MRG décida de rejoindre, 45 ans après la scission, les radicaux de droite pour créer le MRSL. Les radicaux, qui avaient une conscience de gauche y restèrent et donnèrent naissance au LRDG
Trouvant que leurs hautes qualités n’étaient pas reconnues à leur juste valeur, les radicaux qui avaient quitté la gauche pour une espèce de centre-droit, décidèrent de repartir, inventant par là même, le radicalisme nomade.
Il existe à ce jour, 3 tendances radicales en France. A droite, le MRSL, héritier des radicaux modérés et républicains, les radicaux de gauche LRDG, dans la lignée des radicaux-socialistes comme Jean Moulin et les radicaux voyageurs, plus proches de Marco Polo que de Robert Fabre.
Je reconnais que ce n’est pas facile d’y voir clair. Le plus simple est de se dire que le radical MRSL roule pour Macron, le radical de gauche tente, même contre elle, d’unir la gauche et le radical Marco Polo navigue à droite, à gauche, mais toujours près du bol de soupe.

Actions

Informations



Laisser un commentaire




LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...