Déconfinons le débat ! Une série de débats pour parler du monde d’après.

11052020

A l’initiative de la Gauche Républicaine et Sociale, des débats réunissant les partis de gauche du PS à la FI ont eu lieu sur facebook.

Chaque débat avait un thème et réunissait des intervenants différents. La crise sanitaire, le 4 mai. La crise géopolitique, le 05/05. La crise économique et sociale, le 06/05. La crise démocratique, le 08/05. Pour terminer, le débat du 09/05 était un meeting numérique.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ces débats sur la page facebook des Radicaux de gauche du Val d’Europe

www.facebook.com/Radicaux2GaucheValdEurope

 




Municipales des 15 et 22 mars 2020 – Communiqué des LRDG Val d’Europe

9032020

 

Les Valeuropéens vont, comme l’ensemble des Françaises et Français, être appelés à voter pour les élections municipales des 15 et 22 mars 2020. A l’élection de leurs conseillers municipaux, s’ajoute, cette fois encore, la désignation des conseillers communautaires qui siégeront à l’Agglomération du Val d’Europe.

Ces élections, en raison des compétences de l’Agglomération,  vont être déterminantes pour l’avenir du territoire, qui aujourd’hui accueille déjà près de 50 000 habitants. Les Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe regrettent que dans aucune des 10 communes regroupées dans l’Agglo, des listes clairement positionnées à gauche n’aient pu se constituer. A la différence de la droite, qui présente parfois plusieurs listes, la plupart progouvernementales, dans les principales communes du territoire et qui a bien compris l’importance qu’en revêt l’administration. Sans omettre d’évoquer la désignation de délégués pour les scrutins sénatoriaux, elle aussi de grande importance.

Nous, Radicaux de Gauche – LRDG, porteurs du projet d’une République laïque, démocratique et sociale, et qui plaçons le Citoyen au cœur de nos actions et propositions pour une société plus juste et plus solidaire, avons constaté, à regret, qu’aucune liste, était fondamentalement , pour ne pas dire radicalement, porteuse de valeurs communes aux nôtres.

C’est pour ces raisons, que les Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe ne soutiendront aucune des listes en présence pour ces élections municipales.

Et face à cette absence des forces de progrès, pourtant attendues par une grande partie de la population, tant sur le plan local que sur des positions nationales, les LRDG du Val d’Europe appellent tous les humanistes et tous les progressistes à nous rejoindre, pour participer avec d’autres, à la reconstruction de la Gauche, sur le Val d’Europe comme sur l’ensemble du territoire national.

municipale2020




Adhérez aux Radicaux de Gauche – LRDG

21012020

Cette année 2020 va être placée sous le signe du militantisme, pour porter nos valeurs et nos propositions lors des municipales 2020, pour défendre notre système de retraites, pour la justice sociale, pour les droits nouveaux…

Nous lançons la campagne d’adhésion et ré-adhésion 2020, car nous aurons besoin de toutes les forces pour mener ces batailles politiques.

nationaladhésion




Les Radicaux de Gauche – LRDG – Valeurs et engagements

11012020

eyJwYXRoIjoiXC9wdWJsaWNcL3VwbG9hZFwvc2NyZWVuc1wvMjIxMjAzXC9mN2Y3NWRlYTBmYjU0NDBhZmRhNmVkYjc1YzIzNjUxNi0xNTc1NTUzNDI4LnBuZyJ9 frontify DUxCmO2KafmBIklWef_SIYtut_FFbVsJgdOS7prwTMo

1

Nous radicaux de gauche portons le projet d’une République laïque, démocratique et sociale plaçant le citoyen au cœur de nos actions et propositions pour une société plus  juste, plus solidaire. Une société de progrès possible et partagé.
C’est la volonté de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité qui nous anime. Oui il existe encore une gauche et une droite politiques car elles sont porteuses de choix, donc de démocratie vivante. Oui, il nous faut afficher clairement nos positions en faveur d’un projet de société progressiste, européen, et solidaire digne du 21e siècle dans le respect de chaque citoyen.

2

Progressistes, nous pensons qu’il faut favoriser l’émancipation de chacun par l’éducation, les libertés individuelles, la culture, par l’autonomie de vie pour toutes les générations.
De nouveaux droits sont également à mettre en œuvre pour assurer une égalité et une dignité de tous. Nous sommes résolument attachés à la loi de 1905 et à son esprit, nous refusons les dérives communautaristes tout comme le repli sur soi, la tentation identitaire.
Si nous croyons globalement dans le progrès, nous savons qu’il doit avoir comme but l’intérêt général, la prise en compte des générations futures et le respect de l’humain. Nous appelons d’ailleurs à prendre en compte les enjeux liés au risque climatique, au dysfonctionnement de la chaîne alimentaire du paysan au consommateur, aux révolutions technologiques ou aux questions éthiques qu’elles soulèvent.

3

Démocrates, nous sommes déterminés à renforcer la participation du plus grand nombre à l’action publique, en écoutant les initiatives qui s’expriment par de nombreux mouvements citoyens, en intégrant et en inventant de nouvelles formes de participation. Notre pays est riche d’une histoire associative, syndicale, politique ou coopérative, cultivons là.
Nous souhaitons réinventer un équilibre institutionnel qui donne un rôle fort au Parlement face à un pouvoir exécutif qui le cantonne à une simple chambre d’enregistrement. Il est également nécessaire de donner aux collectivités territoriales les moyens de leur politique, notamment sur le plan financier car elles ne peuvent continuer à être tributaires d’allocations ou de dotations incertaines. Etre démocrate, c’est aussi vouloir évaluer l’action publique. Nous voulons remettre la décentralisation et les territoires au coeur de notre projet car ils sont une force et une richesse.
Nous devons relancer l’éducation populaire, qui est source de progrès social et d’émancipation et contribue à la citoyenneté.
Etre démocrate c’est aussi protéger la liberté et l’indépendance de la presse et des autres médias ainsi que les lanceurs d’alerte qui constituent des contre-pouvoirs essentiels.

4

Républicains, nous considérons la justice comme un pilier fondateur de notre démocratie, de nos valeurs et de notre engagement. Nous devons nous donner les moyens d’une justice indépendante, dans tous nos territoires et pour tous, afin de préserver les droits de chacun et de garantir l’intérêt commun. Pour garantir ce dernier, il faut également aller plus loin dans l’exigence de probité et de transparence de tous les acteurs de la vie publique etc.

5

Européens convaincus, nous voulons une Union européenne solide, solidaire, démocratique et responsable, une Europe qui soit politique et pas réduite à une combinaison d’intérêts économiques face aux blocs des Etats-continents.
Nous portons le projet d’une Europe fédérale sociale et volontaire qui assure la protection des libertés individuelles et de l’état de droit, qui garantit la diversité des cultures et des peuples européens. Il nous faut une Europe qui n’oublie pas ses valeurs, la solidarité et la paix au sein de l’espace européen et son devoir de solidarité l’égard de ceux qu’elle a vocation à accueillir. Il nous faut donc en revoir le contenu et les règles.

6

Solidaristes, nous voulons une société fraternelle qui accueille dans la tradition humaniste française les plus vulnérables dans des conditions dignes. Notre modèle social doit allier solidarité et responsabilité : un système de santé juste et efficace, la prise en compte de nouveaux risques. Il faut également concrétiser le droit au logement pour tous, et en particulier les plus démunis, et, naturellement, une politique d’emploi et un droit du travail qui accompagnent et parient sur la formation, un système équilibré de répartition des richesses qui n’exclut personne. Il est urgent de lutter pour des conditions de vie digne contre le sentiment de dépossession et la réalité du déclassement qui accablent certains de nos concitoyens et les laissent désemparés, amers face à la promesse républicaine.
Pour nous, le développement des services publics, notamment de l’école laïque, publique et obligatoire, est une priorité fondamentale. Nous accordons à la formation, à l’université et à la recherche la même importance. Chacun doit y avoir un accès égal.

7

Ecologistes, nous proposons d’avancer avec détermination dans la transition énergétique mais aussi de protéger notre biodiversité et de promouvoir une agriculture durable. Au-delà, c’est notre modèle de progrès global et notre fonctionnement social qu’il faut revoir. Cela signifie, par exemple, soutenir la création d’emplois en proximité et assumer des choix courageux en matière d’urbanisme et d’infrastructures, pour limiter par exemple les déplacements domicile-travail et favoriser les transports collectifs. Nous devons revoir la préservation et la gestion de l’accès à l’eau, bien commun de l’humanité.

 

8

Amoureux des libertés, nous sommes protecteurs des droits de l’individu, favorables à l’initiative individuelle. C’est pourquoi nous militons pour le développement des entreprises avec un pacte social, fiscal et numérique renforcé. Nous voulons investir dans l’avenir en favorisant la création d’activités. Nous encourageons l’initiative privée, associative, sociale et solidaire, de proximité. Nous souhaitons un développement au service de l’humain et respectant la planète. Nous rejetons le libéralisme mal compris et débridé qui accentue les fractures économiques, sociales et géographiques. Nous ne constatons que trop les ravages de ce libéralisme dévoyé, dont les dégâts sont démultipliés par les innovations technologiques qui devraient, au contraire, améliorer nos conditions de vie. Ce libéralisme brutal nous le récusons car il fracasse un peu plus chaque jour les solidarités et les protections collectives conquises par les combats des générations précédentes.

9

Forts de ces valeurs, nous nous engageons résolument à contribuer au renouvellement des pratiques politiques en commençant par nous-mêmes : ouverture au débat, démocratie interne, compte rendu de mandat, parité et une réelle place aux jeunes.

10

Nous entendons porter cet engagement le plus loin possible en participant à la reconstruction d’une gauche de gouvernement de l’échelon local au Parlement européen. Nous appelons tous les humanistes et progressistes à nous rejoindre : nous sommes indépendants, ouverts aux échanges avec les autres mouvements partageant nos constats et nos combats.
Nous sommes libres, adogmatiques, déterminés et de gauche car être radical c’est être de gauche et acteur du rassemblement des forces de gauche !

 




Le Gouvernement fait d’une pierre deux coup : il abat la solidarité et le revenu universel !

14112019

Communiqué du mouvement Les Radicaux de Gauche – LRDG sur la politique sociale du gouvernement.

A retrouver aussi sur son site web LesRadicauxdeGauche

Le Gouvernement et Cap collective organisent un simulacre de consultation sur ce qui a été tristement appelé le « Revenu Universel d’Activité – RUA » mais qui n’est rien d’autre qu’une fusion des actuels minimas sociaux.

Une consultation aux règles toujours opaques et aux méthodes contestables. Nous avons déjà parlé de l’entreprise Cap Collective, qui organise toutes les « consultations » du gouvernement depuis 2015 dans la plus grande opacité, sans avoir ouvert son code alors qu’elle s’y était engagée. L’algorithme et la présentation des données sont laissées à l’appréciation arbitraire de Cap Collective et du commanditaire. Une vidéo d’Agnès Buzyn inaugure la consultation, nous priant de croire que la volonté du gouvernement est de permettre aux plus pauvres de vivre décemment et d’accéder aux aides auxquels ils/elles ont le droit.

Encore une fois, une opération de communication malhonnête qui vide le sens même du revenu universel ! En le conditionnant à l’activité et liant son montant aux revenus de l’activité, il n’a absolument rien à voir avec le revenu universel versé à tout.e citoyen.ne, sans condition de ressource ou d’activité, proposé en 2017 par Benoît Hamon lors des présidentielles et souhaité par une part importante des français.es. Plus grave, en fusionnant des minimas sociaux il aggrave la précarité d’une part importante de celles et ceux qui y seraient éligible.

Les arguments avancés sont : augmenter le dépôt de demandes d’allocataires potentiel.le.s, favoriser le retour à l’emploi et « restaurer la confiance de nos citoyens envers notre système de protection sociale ». Arguments qui viennent se briser sur les propositions du ministère énoncées dans cette consultation en ligne :

  • « Calculer le revenu d’activité selon les revenus les plus récents ». Cette proposition, alliée à la réforme du chômage, ne nous laisse aucun doute quant à son incapacité à accompagner vers le retour à l’emploi !
  • La seconde proposition nous explique que ce RUA bénéficiera aux personnes handicapées et aux personnes âgées les plus pauvres. La même population qui, aujourd’hui, touche déjà des minima sociaux mais se verra stigmatisée car le RUA ne sera plus versé en fonction de leur situation (handicap, âge, …) mais de leur activité ou non-activité supposée.
  • Sur le fonctionnement de ce RUA la seule question posée par le ministère des Solidarités et de la Santé, est liée à la condition d’attribution en fonction des ressources de la personne et du foyer.

Puisqu’Agnès Buzyn nous rappelle que « notre système de solidarité fait la fierté de la France », nous aurions aimé que le gouvernement s’attelle à le restaurer pour le faire fonctionner comme il le devrait, après l’avoir tant sacrifié au libéralisme ! Mais Les Radicaux de Gauche, comme les français.es, ne sont pas dupes de cette opération de communication sans envergure à des fins électorales.
Le revenu universel est un sujet d’avenir trop important pour le laisser salir par ce gouvernement actuel. C’est un outil du changement de société, de notre modèle économique et du monde du travail, que nous devons traiter en profondeur afin de le proposer et de le porter avec nos concitoyen.ne.s.

Contribution de Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE,
Déléguée nationale à la communication LRDG




Pourquoi les Radicaux de Gauche ne manifesteront pas le 10 novembre

9112019

Communiqué national du mouvement Les Radicaux de Gauche – LRDG, vu sur leur site web.

Les Radicaux de Gauche rejettent toutes les formes de racisme et les comportements discriminatoires dont sont trop souvent victimes les françaises et les français de confession musulmane.

Nous dénonçons le climat délétère qui cible nos concitoyens de confession musulmane et nous condamnons avec la plus grande force les attentats contre les lieux de culte de l’islam, nous dénonçons les discours racistes, entendus dans une assemblée du peuple contre une citoyenne voilée accompagnant une sortie scolaire ou tenus à longueur d’antenne par un raciste multirécidiviste.

Pourtant, nous ne manifesterons pas le 10 novembre. En effet, la tribune d’appel à la mobilisation fait le choix d’utiliser un terme ambigu – islamophobie – trop souvent utilisé pour disqualifier toute critique, légitime et nécessaire, des religions. Les initiateurs de cette tribune sont connus, pour certains, pour être les tenants d’un islamisme politique contraire aux valeurs de la République. Pour preuve, ce même texte assimile les lois de laïcité et de neutralité religieuse, pourtant garantes de la liberté de conscience, à des lois liberticides.

Nous regrettons qu’il n’ait pas été possible de rassembler toutes les forces mobilisées contre le racisme autour d’un texte d’inspiration universaliste condamnant fermement les discriminations, les violences et tous les actes de racisme antimusulman. Nous continuerons à lutter contre les discriminations et le racisme, et défendrons sans faiblir les principes de la laïcité, garants de la coexistence pacifique de tous, dans le respect de la liberté de conscience de chacun.







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...