Faut-il considérer Mr Macron comme un négociateur hors-pair ? Par RG Schwartzenberg

3062017

Au lendemain du retrait des Etats-unis de l’accord de Paris, sur le climat, Roger-Gérard Schwartzenberg, Député PRG du Val-de-Marne et Président du groupe RRDP à l’Assemblée nationale, réagit sur les capacités, supposées, du Président de la République, Emmanuel Macron, en matière de négociations internationales.

Le Député PRG ne tombe pas ainsi, dans la béatitude macronienne, quasi quotidienne des médias et d’une grande part de la classe politique, et sait, comme Radical de gauche, conserver son sens de la raison républicaine.

rgs

 




60ème anniversaire du Traité de Rome : l’Europe doit se réinventer !

25032017

Article paru sur le site national du Parti Radical de Gauche

À quelques jours du déclenchement de la procédure du Brexit, l’Union européenne célèbre les soixante ans du Traité de Rome. Cosigné par Maurice Faure, ce grand ministre radical, le Traité de Rome a été la première pierre d’un avenir commun, promesse de paix, de prospérité et de fraternité.

La crise de la zone euro, la crise des réfugiés et la montée des souverainismes ont depuis considérablement affaibli le projet européen. Promesse de paix, elle est attaquée par le terrorisme. Promesse de prospérité, elle est souvent perçue comme source de chômage. Promesse de fraternité, elle voit proliférer les populismes sur fond d’euroscepticisme.

À l’heure où certains revendiquent une sortie de l’Union européenne, les Radicaux de gauche appellent à relancer et réinventer sa construction. En réponse à la crise de confiance qui traverse notre continent, l’Union doit se faire plus politique, plus démocratique.

Pour Sylvia Pinel, Présidente du PRG : « Il nous faut rechercher résolument les voies et les moyens d’un nouvel élan pour l’Europe, identifier tous les lieux où la construction européenne devrait être relancée et en prescrire les moyens. Il nous faut aussi convaincre, donner à nos concitoyens le goût de l’Europe, le désir d’Europe. Pour cela, l’Union européenne doit être plus proche de ses citoyens, et reconnue dans ses interventions utiles et nécessaires. »

Le PRG porte un projet européen qui ne serait pas seulement utilitaire. Celui d’une Europe fédérale, à plusieurs vitesses, construite autour d’un noyau dur composé du couple franco-allemand et des États fondateurs. Celui d’une Europe politique, conduite par un gouvernement économique de la zone euro. Celui d’une Europe plus forte grâce à des moyens de coopération renforcés, notamment en termes de fiscalité, d’énergie, de renseignement et de défense.




R-G Schwartzenberg : communiqué sur la situation des migrants en Méditerranée

7082015

Ci-dessous le communiqué de Roger-Gérard Schwartzenberg, Président du groupe RRDP à l’Assemblée nationale, relatif à la situation des migrants en Méditerranée.

 

POUR UN NOUVEAU SOMMET EUROPÉEN SUR LES MIGRANTS DE LA MÉDITERRANÉE
« Depuis le 1erjanvier, 2000 migrants, dont la plupart fuyaient la guerre ou la dictature, ont trouvé la mort en Méditerranée. Dans une certaine indifférence de plusieurs États européens.
Certes, l’Italie de Matteo Renzi se montre très active. Certes, la France accepte d’accueillir un quota de 6700 migrants. Son action est donc positive, mais elle le serait encore plus sans les décisions contestables prises à Vintimille et à Calais.
Face à l’urgence, il importe de réunir un nouveau Sommet européen à la mi-août pour qu’enfin les États membres de l’Union européenne acceptent et mettent en œuvre la proposition de Jean-Claude Juncker, président de la Commission, d’accueillir 20000 migrants selon une clé de répartition par État membre.
Il importe de rappeler à chacun que l’Europe n’est pas seulement un marché ou une monnaie, mais une communauté de civilisation fondée sur la solidarité. Céder à la xénophobie serait le plus sûr moyen de la renforcer. Car si le populisme gagnait aujourd’hui dans les esprits, il gagnerait demain dans les urnes. »
rgsmig



Naufrages en Méditerranée : la tribune de Géraldine Guilpain, Présidente des JRG

24042015

Au moins 1.500 personnes, fuyant la misère et la mort, avaient jusqu’alors disparu en Méditerranée depuis janvier 2015 sans que cela n’émeuve les autorités au-delà de la péninsule italienne. Seul un drame d’une ampleur sans précédent a enfin réveillé l’Europe. Il aura fallu 400 morts la semaine dernière et 900 ce week-end pour voir les responsables communautaires réagir.

Ces drames arrivent chaque jour aux portes de notre continent, mais les chiffres ne paraissaient pas suffisants pour que les institutions européennes daignent agir.

Une politique européenne d’immigration inadaptée

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), on assiste à une croissance très importante du nombre de disparus entre 2014 et 2015. L’arrêt de l’opération de sauvetage « Mare Nostrum », entièrement financée par l’Italie et son remplacement par « Triton », opération financée par l’UE mais limitée à la surveillance, n’y est bien sûr pas étrangère. Il avait été reproché à l’opération italienne, en sécurisant les passages de l’Afrique vers son territoire, d’inciter à l’émigration vers l’Europe, on voit que son arrêt ne dissuade en rien les candidats à l’exil.

La Commission européenne a dans ses dix priorités la définition d’une politique européenne d’immigration. Cette volonté d’un cadre commun est à saluer. En effet, le manque de solidarité entre les États-membres est consternant : la responsabilité de l’accueil des migrants est laissée aux pays du sud de l’Europe, et seuls six pays sur vingt-huit acceptent d’accorder l’asile politique.

Il est temps qu’une véritable discussion s’engage entre les pays membres pour que la charge de l’accueil soit mieux répartie.

L’Europe forteresse n’est pas une solution

Mais le problème européen est aussi que les gouvernements continuent à croire et faire croire que la construction d’une Europe forteresse est l’unique solution pour protéger notre économie en bloquant l’arrivée de nouveaux migrants. Ainsi, la seule coopération européenne avec l’Italie a été de dépêcher sept navires de surveillance en Méditerranée, avec l’inefficacité que l’on connaît.

C’est cette politique répressive qui est suivie depuis des décennies, et force est de constater qu’elle n’a jamais rien réglé. Les migrants prêts à s’endetter et à mourir ne sont nullement arrêtés par les frontières, aussi surveillées soient-elles. Cette politique de fermeture des frontières a d’ailleurs comme effet pervers le renforcement de la clandestinité et le pouvoir des passeurs.

L’Union européenne doit saisir l’enjeu que représentent les arrivées de migrants pour donner un nouveau souffle à la coopération entre États à travers une intégration communautaire de domaines politiques supplémentaires.

Le manque de volonté commune est un véritable dévoiement de l’esprit et de l’objectif de l’intégration européenne. Défenseurs des droits de l’homme, les européens ne peuvent détourner les yeux des drames quotidiens de l’immigration. Mais la politique européenne en la matière est trop dépendante de la volonté politique des Etats pour être aujourd’hui efficace.

La France ne doit pas être la seule mobilisée

En plus de la répartition des efforts nécessaires pour l’accueil des migrants, le vrai problème concerne les causes de l’immigration actuelle. La situation des pays d’origine des migrants, de la Syrie à l’Afrique subsaharienne en passant par un pays de transition en plein chaos, la Libye doit obliger l’Union européenne à agir.

Nous voyons que, face à ces nombreuses crises et guerres, une politique commune en matière de défense et de diplomatie doit être menée. La France est le seul pays de l’Union à être mobilisé, financièrement et militairement sur le terrain, en Afrique – au Mali notamment et en Centrafrique.

L’effort militaire de la France y est d’intérêt européen : en plus de protéger les ressortissants européens dans la région, ces actions concourent à la stabilisation régionale indispensable pour notre continent. Mais face au développement des groupes terroristes qui massacrent les populations civiles, face à la situation libyenne, il nous faut intervenir à un niveau qui dépasse les seules possibilités de notre pays. La réponse doit être avant tout européenne.

Les structures actuelles de l’Union ne sont malheureusement pas encore à la hauteur de tels enjeux. Ces politiques doivent être mieux intégrées pour obliger les États-membres à participer chacun à leur niveau à la pacification du monde et à poser avec force les lignes d’une politique migratoire qui répondent aux enjeux actuels.

L’Union européenne a aujourd’hui, plus que jamais, la responsabilité d’agir sur les conséquences et les causes des vagues de migration avec détermination et réalisme. C’est à ce prix que nous conserverons la cohésion et la communauté de destin portée par les pères fondateurs d’une Europe unie.

Géraldine Guilpain, Présidente des JRG

Site des Jeunes Radicaux de gauche : jeunesradicauxdegauche.com




Communiqué de presse des JRG : Avec l’Irak pour défendre la culture universelle

6032015

Ci-dessous, le communiqué de presse des Jeunes Radicaux de gauche sur la destruction d’œuvres d’art historiques dans le musée irakien de Mossoul.

Le site des Jeunes Radicaux de gauche : www.jeunesradicauxdegauche.com

Les Jeunes Radicaux de Gauche, s’associent aux condamnations internationales sur le sort du patrimoine historique au Moyen Orient. Et c’est en Irak particulièrement, que des témoignages du passé ont subi les attaques délibérées de fanatiques religieux.

En effet, les djihadistes islamistes ont, dans leur perspective de réécriture du passé, détruit des statues préislamiques vieilles de plus de 3000 ans au musée irakien de Mossoul, dans la province de Ninive. Ainsi, dans cette guerre, le patrimoine n’est pas qu’un dommage collatéral mais une cible en tant que telle. De telles actions ont déjà lieu par le passé, comme la destruction des bouddhas de Bamyan de 2001 et le pillage du musée d’art islamique du Caire en 2004.

Il s’agit là d’une tragédie pour la mémoire collective d’une nation, d’une région, pour des peuples issus d’une histoire complexe et riche de leurs diversités. Mais ces actions ont des conséquences au-delà du Moyen-Orient car ces objets sont aussi le témoin  d’une culture universelle, qui concerne l’ensemble de l’humanité.

Nous croyons que les sociétés défendant une histoire monolithique et une culture uniforme, habitées par l’idée d’un «sens de l’histoire», rejetant la pluralité de leurs racines, n’ont pas d’avenir et sont source d’inégalités et de violences.

Ceux qui seraient tentés de détruire les restes et les témoignages  de l’Histoire de l’humanité, pour revenir à un état premier imaginé et fantasmé, portent avec eux la terreur et la mort.

Les Jeunes Radicaux de Gauche se joignent à toutes celles et ceux qui dans le berceau du monde subissent dans leur corps et dans leur être, les atrocités des fondamentalistes et espèrent que la communauté internationale trouvera les solutions pour mettre fin à l’extension de la terreur.

Morgane Goudjil – Déléguée thématique à la culture




Les 11 candidates PRG pour les Français de l’étranger.

16052012

Le Parti Radical de Gauche présente 11 candidates aux élections législatives pour les sièges des Francais de l’étranger. C’est la 1ere fois que nos compatriotes de l’étranger élisent des Députés.

Ci-dessous le clip du PRG de présentation de ses candidates.

http://www.dailymotion.com/video/xqt46r

Les 11 candidates PRG pour les Français de l'étranger. dans Gauche 251872_464546290229650_100000228505802_1962402_1706680398_n

 







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...