Illusion de sécurité et abandon de libertés…

14102017

Illusion de sécurité et abandon de libertés ou quand l’état d’exception devient un état de droit

Texte paru sur le site des Jeunes Radicaux de gauche – JRG jrg

Le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme vient d’être adopté par l’Assemblée nationale. Les Jeunes Radicaux de Gauche regrettent l’adoption de cette loi qui aménage l’entrée de mesures d’exception dans le droit commun pour une illusion de sécurité. Les «perquisitions administratives» deviennent ainsi des «visites domiciliaires » et les assignations à résidence des «mesures individuelles de contrôle».

Cette nouvelle loi antiterroriste s’inscrit dans le processus historique de renforcement continu de l’appareil antiterroriste en France, avec plus de 20 législations adoptées en moins de 30 ans. Les Jeunes Radicaux de Gauche regrettent ainsi l’absence de prise en compte du rapport Poisson-Urvoas qui a fait consensus et a prouvé que les mesures mises en places étaient déjà efficaces. Elle marque aussi le renforcement des pouvoirs de l’administration contre le pouvoir judiciaire, mettant à mal l’équilibre des pouvoirs.

Les Jeunes Radicaux de Gauche alertent : toutes les mesures contenues dans la loi sont susceptibles d’être réutilisées contre d’autres “cibles” car la définition du terrorisme reste floue. Ainsi, la loi prolonge le contrôle des connexions suspectes via les algorithmes des «boîtes noires» jusqu’en 2020, ouvrant le risque de laisser libre cours à un dispositif de surveillance massive.

Pire encore, les JRG constatent amèrement que le Parlement est devenu l’un des outils de la banalisation de l’exception : celle-ci n’est plus décidée, comme auparavant, par le chef de l’État, mais par la décision majoritaire des représentants de la nation. L’exception s’inscrit ainsi dans le droit.

 




Droits des Femmes – Les propositions des Radicaux

5102017

Le Parti Radical de Gauche et le Parti Radical ont décidé d’une fusion de leurs 2 formations.

Après avoir tenu une université d’été commune, les 2 partis se sont mis à l’œuvre pour établir une plateforme programmatique radicale.

Vous trouverez ci-dessous un socle de propositions communes qui marquent une première étape dans ce rapprochement, sur le sujet essentiel des droits des femmes.

mariannedroitfemmes

1. Egalité salariale et professionnelle

- Appliquer les sanctions financières à toutes les entreprises, y compris celles de moins de 50 et plus de 299 salariés, en cas de constat d’inégalité salariale en révisant et en adaptant le barème des sanctions. Renforcement des contrôles.

- Favoriser la parité dans toutes les instances des entreprises et les équipes dirigeantes.

- Lutter contre les discriminations à l’embauche et ne plus cantonner les femmes à des emplois stéréotypés. Former aux métiers non genrés les professionnels de l’accompagnement vers l’emploi.

- Favoriser la création de crèches d’entreprises.

- Encourager l’accès au congé parental des hommes par davantage d’incitations financières et avec un maintien du plan de carrière au moment du retour à l’emploi.

- Mise en place dans les entreprises d’une « commission égalité femmes-hommes ».

- Lutter contre le temps partiel subi.

2. Droits nouveaux et maintien des droits

- Nous nous battrons pour garantir et pérenniser les budgets alloués aux centres IVG, à la contraception et aux actions de prévention. Nous demandons la reconnaissance d’utilité publique de l’association « le Planning familial ».

 - Nous sommes favorables à la PMA et à son remboursement mais restons fortement opposés à la GPA.
 - Nous rejetons toutes tentatives de modification de la loi sur le mariage pour tous, notamment en ce qui concerne la filiation.

3. Violences faites aux femmes

 Afin de mieux accompagner et protéger les victimes nous proposons :

- La création dans chaque département ou arrondissement d’une brigade départementale de lutte contre les violences faites aux femmes composée des services de police et d’une association officielle d’aide aux victimes. Mise en place dans tous les départements d’un protocole de lutte contre les violences faites aux femmes impliquant tous les acteurs associatifs et institutionnels.

- La création d’une structure pluridisciplinaire d’hébergement d’urgence dans chaque département à l’horizon 2025 et généralisation de la mise à disposition par les bailleurs sociaux d’hébergements destinés aux femmes quittant en urgence le domicile conjugal.

- L’application stricte des dispositions légales sur l’éloignement du conjoint violent, pose d’un bracelet électronique avec mesure d’interdiction d’approcher la victime en cas de récidive légale ou de mise en liberté sous contrôle judiciaire et généralisation de la mise à disposition du téléphone de grande urgence.

- La suppression des mains courantes pour les services de police afin de favoriser les dépôts de plainte, il appartient en effet aux Parquets de décider du bien fondé d’une action judiciaire.

- L’abrogation de la loi Perben2 sur la correctionnalisation du viol. Allongement à 30 ans du délai de prescription.

 - Le renforcement des mesures d’éducation, de prévention et d’information contre le harcèlement notamment au niveau des écoles, collèges et lycées.
 - La création d’une médiation publique autonome en charge de la lutte contre les inégalités, les discriminations, le racisme et les atteintes aux libertés fondamentales des femmes.

4. Parité institutionnelle 

- Agir pour que les femmes soient représentées égalitairement dans toutes les instances dirigeantes des collectivités, Assemblée nationale, Sénat, cabinets ministériels et agences d’Etat.

5. Les libertés et le rapport à la laïcité des femmes

- Veiller à ce que les femmes soient pleinement en mesure d’exercer leur liberté de conscience ou de culture et ne soient pas entravées par quelque forme que ce soit de soumission ou d’oppression (ex : port du voile imposé).

6. Autres propositions

- Lutter contre les stéréotypes de genre, reprise sous une autre forme des ABC de l’égalité.

- Réfléchir sur les actions à mettre en place dans le cadre de l’urbanisation et de la mobilité des femmes.

- Travailler au sein des organismes citoyens locaux sur l’égalité femmes-hommes, notamment dans les quartiers prioritaires via les Conseils Citoyens.

 




Fermeture de la Poste de la Gare RER Chessy, la réaction du PRG du Val d’Europe

9092017

Les Radicaux de gauche du Val d’Europe réagissent, sur leur page facebook,  à la fermeture programmée de la Poste de la gare RER de Chessy-Marne-la-vallée

 » Le PRG du Val d’Europe regrette la fermeture prochaine du bureau de poste de la gare RER Chessy-Marne la Vallée.
Cette fermeture marque un recul certain des services publics sur le secteur du Val d’Europe
Ce bureau, en contact direct avec les milliers de passagers quotidiens du RER, dont certains, nombreux, ne disposent pas de bureau de poste dans leur localité, et de la gare TGV, ainsi que des millions de visiteurs du Parc d’attraction, avait tout pour être une vitrine du service public postal français.
Les Radicaux de gauche rappellent leur attachement aux services publics, qui au-delà même du Val d’Europe, sont le lien indispensable à la cohésion des territoires de la République. »

prgposte

 




Faut-il considérer Mr Macron comme un négociateur hors-pair ? Par RG Schwartzenberg

3062017

Au lendemain du retrait des Etats-unis de l’accord de Paris, sur le climat, Roger-Gérard Schwartzenberg, Député PRG du Val-de-Marne et Président du groupe RRDP à l’Assemblée nationale, réagit sur les capacités, supposées, du Président de la République, Emmanuel Macron, en matière de négociations internationales.

Le Député PRG ne tombe pas ainsi, dans la béatitude macronienne, quasi quotidienne des médias et d’une grande part de la classe politique, et sait, comme Radical de gauche, conserver son sens de la raison républicaine.

rgs

 




Présidentielles 2017 – 1er tour – Résultats Chessy

23042017

Chiffres issus du Ministère de l’intérieur.

chessy2017

772017

france2017




Val d’Europe, position du PRG sur des projets de casinos.

8042017

Réaction du Parti Radical de gauche du Val d’Europe, parue sur sa page Facebook PRG Val d’Europe,  sur l’idée de la communauté d’agglomération, dirigée par la droite, d’implanter des casinos sur le site.

« Les élus de l’agglomération du Val d’Europe veulent-ils transformer le territoire en un Las Vegas européen ? Curieuse idée qu’ont là, nos élus, LR et UDI. La réglementation est très stricte et on peut se demander si le Val d’Europe répond à toutes les conditions en nombre de population ou de rayonnement culturel. Les maires du secteur, attendent-ils d’une éventuelle victoire des candidats de droite, François Fillon ou Emmanuel Macron, un allègement des conditions d’exploitation.
Pour leur part, les Radicaux de gauche du Val d’Europe seront se montrer attentifs quant à ce projet et aux conditions de sa réalisation.
La récente actualité des cercles de jeux parisiens, montre combien est tumultueuse leur histoire et la convoitise qu’ils suscitent. »

casino

L’article original est issu du journal La Marne: Le Val d’Europe mise sur cinq casinos







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...