La transition écologique ne peut se faire sans être accompagnée par une politique sociale pleinement progressiste

23092019

Article paru sur la page facebook des Radicaux de Gauche du Val d’Europe

Bien que pensant que l’écologie politique est beaucoup moins efficace que l’écologie associative, nous pensons que, s’il y a un camp politique qui doit mener des actions concrètes en faveur de la transition écologique, c’est bien la gauche.

Parce que nous savons qu’écologie et capitalisme ne font pas bon ménage. Il est évident que pour nous, il n’y a que le camp des progressistes, à gauche, qui peut œuvrer du point de vue politique pour l’environnement, avec la volonté de tenir à distance, les lobbies, les marchands, la finance.

Ainsi,  beaucoup à gauche ont entonné le petit air du plus écolo que moi tu meurs. Il y en a même qui ont changé leur logo pour montrer à tous combien, ils étaient écologistes. La transition écologique comme nouveau positionnement, pour ceux qui seraient en mal d’idées, voire d’idéologie.

Cependant, ce petit air, nous laisse comme un malaise. Parce qu’il nous en rappelle un autre.

Le grand combat de la gauche à la fin du siècle dernier, c’était la construction européenne. En particulier, pour nous , Radicaux, profondément européens. L’Europe était notre nouvel horizon et probablement, la plus belle des aspirations. Celle qui concrétiserait les rêves de nos ainés et qui serait l’héritage de ceux qui nous suivraient. Et surtout, nous pensions que cette Europe serait la solution à tous nos problèmes. Et des problèmes, la France, les gouvernements de gauche, en rencontraient. Nous devions faire face à la désindustrialisation du pays, au chômage de masse.

Les classes populaires et moyennes se tournaient vers nous. Avec angoisse, elle nous interrogeaient. Et nous répondions, Europe,  grand marché, monnaie unique. Nous créions un espace sans frontière, sans droit de douane, sans contrainte où les entreprises françaises allaient prospérer et créer des millions d’emplois. Et pour enjoliver encore un peu plus, nous rajoutions, vous pourrez voyager dans toute l’Europe sans contrainte et vos enfants, grâce à Erasmus, rencontreront de nouvelles cultures.

Mais, leurs jeunes ne connaitront que très rarement le programme Erasmus. Les voyages iront jamais plus loin que sur la cote d’Opale, un samedi après-midi. Les emplois ne sont pas venus, du moins pas ceux qui devaient remplacer ceux perdus.

Nous n’avons pas su répondre à l’attente que ces Françaises et ces Français étaient en droit d’attendre de la gauche.

Et, ils se sont détournés de nous. Pourquoi voter à gauche, puisque celle-ci ne se préoccupe pas de nous, ouvriers, salariés, petits commerçants. Et ce sont des pans entiers de terres de gauche, qui ont basculées dans le vote populiste, extrémiste. Non pas, par conviction, par adhésion. Simplement, parce qu’ils y entendaient des voix, démagogiques, mais des voix qui leur parlaient et qui les prenaient en considération.

Nous y avons perdu une bataille idéologique de grande ampleur. Et nous nous apprêtons à en perdre une nouvelle.

La transition écologique est une nécessité absolue, mais pour qu’elle soit entendue par ces populations, il faut impérativement la conjuguer avec non seulement le progrès social, mais aussi par le combat sans trêve contre le sentiment d’abandon que ressentent avec raison, les classes populaires et moyennes de notre pays.

 

rdgvdecom




Le PRG s’indigne des propos climatosceptiques de N. Sarkozy

15092016

Communiqué du PRG – vu sur le site du Parti radical de gauche

Alors qu’il effectuait un déplacement à l’Institut de l’entreprise mercredi 14 septembre, le candidat à la primaire de la droite a clairement nié la responsabilité des activités humaines dans le dérèglement climatique.

Pour la Présidente du Parti Radical de Gauche (PRG), Sylvia Pinel, «  N. Sarkozy est prêt à toutes les outrances et tous les mensonges pour reconquérir le pouvoir. Plus que de perdre le peu de crédibilité qui lui restait, il disqualifie également son parti qui se dit républicain mais s’aligne à travers lui sur des thèses aujourd’hui portées par les populistes de nombreux pays. Au vu de la course à l’extrême droite qu’est devenue sa campagne électorale qui instrumentalise les peurs, fait la promotion du repli identitaire et stigmatise les minorités, le voilà désormais fin prêt pour devenir le candidat officiel de tous ce que la République a toujours combattu.

Ces propos viennent mettre à mal des années de sensibilisation des citoyens sur cet enjeu fondamental qu’est le dérèglement climatique.  Pire encore, ils portent un coup terrible aux Accords de Paris, issus de la COP21, aux préparatifs de la COP22 et à l’image de la France qui s’est clairement positionnée, grâce au volontarisme du gouvernement, comme une nation leader pour la protection collective et coordonnée de notre environnement.»

Pour Eddie Aït, Secrétaire général du Pôle Radical et Ecologiste (PRE) qui regroupe le PRG et Génération Ecologie, « Après son soutien au diésel, à l’exploitation des gaz de schiste et à la poursuite des activités de la centrale nucléaire de Fessenheim, N. Sarkozy montre une nouvelle fois l’étendue de son ignorance sur les questions environnementales et propose aux Français un horizon funeste pour l’avenir de notre planète. »







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...