Les Radicaux de Gauche – LRDG – Valeurs et engagements

11012020

eyJwYXRoIjoiXC9wdWJsaWNcL3VwbG9hZFwvc2NyZWVuc1wvMjIxMjAzXC9mN2Y3NWRlYTBmYjU0NDBhZmRhNmVkYjc1YzIzNjUxNi0xNTc1NTUzNDI4LnBuZyJ9 frontify DUxCmO2KafmBIklWef_SIYtut_FFbVsJgdOS7prwTMo

1

Nous radicaux de gauche portons le projet d’une République laïque, démocratique et sociale plaçant le citoyen au cœur de nos actions et propositions pour une société plus  juste, plus solidaire. Une société de progrès possible et partagé.
C’est la volonté de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité qui nous anime. Oui il existe encore une gauche et une droite politiques car elles sont porteuses de choix, donc de démocratie vivante. Oui, il nous faut afficher clairement nos positions en faveur d’un projet de société progressiste, européen, et solidaire digne du 21e siècle dans le respect de chaque citoyen.

2

Progressistes, nous pensons qu’il faut favoriser l’émancipation de chacun par l’éducation, les libertés individuelles, la culture, par l’autonomie de vie pour toutes les générations.
De nouveaux droits sont également à mettre en œuvre pour assurer une égalité et une dignité de tous. Nous sommes résolument attachés à la loi de 1905 et à son esprit, nous refusons les dérives communautaristes tout comme le repli sur soi, la tentation identitaire.
Si nous croyons globalement dans le progrès, nous savons qu’il doit avoir comme but l’intérêt général, la prise en compte des générations futures et le respect de l’humain. Nous appelons d’ailleurs à prendre en compte les enjeux liés au risque climatique, au dysfonctionnement de la chaîne alimentaire du paysan au consommateur, aux révolutions technologiques ou aux questions éthiques qu’elles soulèvent.

3

Démocrates, nous sommes déterminés à renforcer la participation du plus grand nombre à l’action publique, en écoutant les initiatives qui s’expriment par de nombreux mouvements citoyens, en intégrant et en inventant de nouvelles formes de participation. Notre pays est riche d’une histoire associative, syndicale, politique ou coopérative, cultivons là.
Nous souhaitons réinventer un équilibre institutionnel qui donne un rôle fort au Parlement face à un pouvoir exécutif qui le cantonne à une simple chambre d’enregistrement. Il est également nécessaire de donner aux collectivités territoriales les moyens de leur politique, notamment sur le plan financier car elles ne peuvent continuer à être tributaires d’allocations ou de dotations incertaines. Etre démocrate, c’est aussi vouloir évaluer l’action publique. Nous voulons remettre la décentralisation et les territoires au coeur de notre projet car ils sont une force et une richesse.
Nous devons relancer l’éducation populaire, qui est source de progrès social et d’émancipation et contribue à la citoyenneté.
Etre démocrate c’est aussi protéger la liberté et l’indépendance de la presse et des autres médias ainsi que les lanceurs d’alerte qui constituent des contre-pouvoirs essentiels.

4

Républicains, nous considérons la justice comme un pilier fondateur de notre démocratie, de nos valeurs et de notre engagement. Nous devons nous donner les moyens d’une justice indépendante, dans tous nos territoires et pour tous, afin de préserver les droits de chacun et de garantir l’intérêt commun. Pour garantir ce dernier, il faut également aller plus loin dans l’exigence de probité et de transparence de tous les acteurs de la vie publique etc.

5

Européens convaincus, nous voulons une Union européenne solide, solidaire, démocratique et responsable, une Europe qui soit politique et pas réduite à une combinaison d’intérêts économiques face aux blocs des Etats-continents.
Nous portons le projet d’une Europe fédérale sociale et volontaire qui assure la protection des libertés individuelles et de l’état de droit, qui garantit la diversité des cultures et des peuples européens. Il nous faut une Europe qui n’oublie pas ses valeurs, la solidarité et la paix au sein de l’espace européen et son devoir de solidarité l’égard de ceux qu’elle a vocation à accueillir. Il nous faut donc en revoir le contenu et les règles.

6

Solidaristes, nous voulons une société fraternelle qui accueille dans la tradition humaniste française les plus vulnérables dans des conditions dignes. Notre modèle social doit allier solidarité et responsabilité : un système de santé juste et efficace, la prise en compte de nouveaux risques. Il faut également concrétiser le droit au logement pour tous, et en particulier les plus démunis, et, naturellement, une politique d’emploi et un droit du travail qui accompagnent et parient sur la formation, un système équilibré de répartition des richesses qui n’exclut personne. Il est urgent de lutter pour des conditions de vie digne contre le sentiment de dépossession et la réalité du déclassement qui accablent certains de nos concitoyens et les laissent désemparés, amers face à la promesse républicaine.
Pour nous, le développement des services publics, notamment de l’école laïque, publique et obligatoire, est une priorité fondamentale. Nous accordons à la formation, à l’université et à la recherche la même importance. Chacun doit y avoir un accès égal.

7

Ecologistes, nous proposons d’avancer avec détermination dans la transition énergétique mais aussi de protéger notre biodiversité et de promouvoir une agriculture durable. Au-delà, c’est notre modèle de progrès global et notre fonctionnement social qu’il faut revoir. Cela signifie, par exemple, soutenir la création d’emplois en proximité et assumer des choix courageux en matière d’urbanisme et d’infrastructures, pour limiter par exemple les déplacements domicile-travail et favoriser les transports collectifs. Nous devons revoir la préservation et la gestion de l’accès à l’eau, bien commun de l’humanité.

 

8

Amoureux des libertés, nous sommes protecteurs des droits de l’individu, favorables à l’initiative individuelle. C’est pourquoi nous militons pour le développement des entreprises avec un pacte social, fiscal et numérique renforcé. Nous voulons investir dans l’avenir en favorisant la création d’activités. Nous encourageons l’initiative privée, associative, sociale et solidaire, de proximité. Nous souhaitons un développement au service de l’humain et respectant la planète. Nous rejetons le libéralisme mal compris et débridé qui accentue les fractures économiques, sociales et géographiques. Nous ne constatons que trop les ravages de ce libéralisme dévoyé, dont les dégâts sont démultipliés par les innovations technologiques qui devraient, au contraire, améliorer nos conditions de vie. Ce libéralisme brutal nous le récusons car il fracasse un peu plus chaque jour les solidarités et les protections collectives conquises par les combats des générations précédentes.

9

Forts de ces valeurs, nous nous engageons résolument à contribuer au renouvellement des pratiques politiques en commençant par nous-mêmes : ouverture au débat, démocratie interne, compte rendu de mandat, parité et une réelle place aux jeunes.

10

Nous entendons porter cet engagement le plus loin possible en participant à la reconstruction d’une gauche de gouvernement de l’échelon local au Parlement européen. Nous appelons tous les humanistes et progressistes à nous rejoindre : nous sommes indépendants, ouverts aux échanges avec les autres mouvements partageant nos constats et nos combats.
Nous sommes libres, adogmatiques, déterminés et de gauche car être radical c’est être de gauche et acteur du rassemblement des forces de gauche !

 




Pourquoi les Radicaux de Gauche ne manifesteront pas le 10 novembre

9112019

Communiqué national du mouvement Les Radicaux de Gauche – LRDG, vu sur leur site web.

Les Radicaux de Gauche rejettent toutes les formes de racisme et les comportements discriminatoires dont sont trop souvent victimes les françaises et les français de confession musulmane.

Nous dénonçons le climat délétère qui cible nos concitoyens de confession musulmane et nous condamnons avec la plus grande force les attentats contre les lieux de culte de l’islam, nous dénonçons les discours racistes, entendus dans une assemblée du peuple contre une citoyenne voilée accompagnant une sortie scolaire ou tenus à longueur d’antenne par un raciste multirécidiviste.

Pourtant, nous ne manifesterons pas le 10 novembre. En effet, la tribune d’appel à la mobilisation fait le choix d’utiliser un terme ambigu – islamophobie – trop souvent utilisé pour disqualifier toute critique, légitime et nécessaire, des religions. Les initiateurs de cette tribune sont connus, pour certains, pour être les tenants d’un islamisme politique contraire aux valeurs de la République. Pour preuve, ce même texte assimile les lois de laïcité et de neutralité religieuse, pourtant garantes de la liberté de conscience, à des lois liberticides.

Nous regrettons qu’il n’ait pas été possible de rassembler toutes les forces mobilisées contre le racisme autour d’un texte d’inspiration universaliste condamnant fermement les discriminations, les violences et tous les actes de racisme antimusulman. Nous continuerons à lutter contre les discriminations et le racisme, et défendrons sans faiblir les principes de la laïcité, garants de la coexistence pacifique de tous, dans le respect de la liberté de conscience de chacun.




Ne modifiez pas la Loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat – Pétition

2012019

La loi de 1905 sur la laïcité est la défense que se donne la République pour faire face à l’obscurantisme des religions, à leurs fanatiques et à toutes les sortes de bigoteries.

L’appel des 113, regroupant des associations et des personnalités, est diffusé pour refuser le projet du Président de la République et de sa majorité de révision de la loi de 1905 sur la laïcité.

Les Radicaux de gauche sont signataires de cet appel, par la voix de leurs coprésidents, Virginie Rozière et Stéphane Saint-André

laicité

Si, comme déjà des milliers de signataires, vous désirez signer cette pétition, vous pouvez utiliser le lien ci-contre :

Appel des 113 : défendons la loi de 1905

 




Communiqué de Benoît Hamon suite à l’accord intervenu avec le PRG

16032017

hamon20171

Je me félicite de la décision du Parti Radical de Gauche de soutenir ma candidature à l’élection présidentielle.

Cette décision est le fruit d’un échange approfondi que j’ai eu avec Sylvia Pinel et son équipe qui, par la qualité des propositions qu’ils m’ont faites, ont permis d’enrichir encore le projet que je propose aux Français.

La nécessité de soutenir par des mesures appropriées les petites et moyennes entreprises, la volonté d’ancrer toujours davantage la laïcité par la création d’une délégation interministérielle à la laïcité qui se substituerait à l’actuel Observatoire de la laïcité, ou encore la volonté de porter une profonde réforme à l’échelle européenne de l’impôt sur les sociétés, traduisent les nombreux apports du PRG à mon projet.

Au-delà de ces questions programmatiques, cet accord réaffirme les liens profonds qui nous unissent à gauche avec le PRG et apportent une contribution extrêmement importante à ma démarche de rassemblement.

Je sais pouvoir compter sur le soutien exigeant du PRG. Ce parti est un acteur incontournable de la gauche, non seulement par sa contribution historique immense en tant que continuateur du Parti Radical qui a permis l’émergence de la République à la fin du XIXe siècle, que par l’actualité et le dynamisme de son message et ses propositions.

Je remercie donc chaleureusement Sylvia Pinel et serais ravi de la compter à mes côtés dès dimanche lors du grand rassemblement que j’organise à Paris-Bercy.

hamon2017




Journée de la Laïcité : les Radicaux ne cèdent rien !

9122016

Communiqué du Parti radical de gauche : site web http://www.partiradicaldegauche.fr/

En cette Journée nationale de la Laïcité, les Radicaux de Gauche rappellent que la défense et la promotion de la Laïcité sont toujours d’actualité. Ils se réjouissent que les écoles soient aujourd’hui mobilisées pour faire connaître la charte de la Laïcité à tous les élèves de France.

Artisans historiques de la loi de 1905, les Radicaux de Gauche refusent les compromis, les renoncements, les reniements qui mettent en péril notre identité républicaine. Prise en otage par l’extrême-droite, remise en cause par des exigences religieuses de plus en plus pressantes, la Laïcité est plus que jamais le rempart protecteur de nos institutions face aux revendications communautaristes qui veulent morceler la République.

La neutralité de l’État est garante de la liberté de conscience, la Laïcité doit rester un principe libéral partagé par l’ensemble de nos institutions et de nos concitoyens.

Sylvia Pinel, Présidente du Parti Radical de Gauche, rappelle qu’il est « impératif de répéter constamment que le seul principe qui soit souverain dans l’espace public, c’est la Laïcité. Elle doit dicter la conduite des représentants de l’Etat, des élus et de tous les citoyens, car la République, ce n’est pas uniquement la devise « liberté, égalité, fraternité », c’est aussi la Laïcité. »

Le PRG renouvelle cette année sa demande que soit créée une délégation interministérielle à la laïcité pour épauler les administrations publiques et les collectivités locales dans l’application quotidienne de ce principe fondateur de la République. Il présentera prochainement d’autres propositions concrètes dans son projet politique.




Crèches de Noël : la réaction du PRG

23102016

Crèches de Noël : les conclusions de la rapporteure publique du Conseil d’Etat laissent les Radicaux de gauche sans voix.

Pascal-Eric Lalmy, conseiller politique à la Laïcité, et Sylvia Pinel, Présidente du Parti Radical de Gauche, s’étonnent des conclusions de la rapporteure publique sur les crèches.

Les informations selon lesquelles la rapporteure publique du Conseil d’Etat a recommandé, ce vendredi 21 octobre, d’autoriser, sous conditions, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments administratifs, au nom du principe de laïcité, laisse les Radicaux de gauche sans voix.

Sauf à considérer qu’une crèche serait le témoignage folklorique d’une époque révolue ; elle reste, jusqu’à preuve du contraire, un objet de dévotion dont le caractère sacré pour les catholiques ne saurait être contesté. Si le Conseil d’Etat suivait les recommandations de la rapporteure publique, il prendrait le risque, comme en 1989 au sujet du voile à l’école, de rajouter de l’incertitude là où les élus attendent une clarification.

Le PRG reste confiant dans la lucidité des juges pour sortir des confusions qui sont entretenues entre le culturel et le cultuel pour contourner la loi de 1905. Ils déposeront une proposition de loi pour interdire tout emblème religieux dans les bâtiments administratifs si la justice administrative se révèle incapable de statuer.

Communiqué paru sur le site web du PRG







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...