Le 26 mai, refusons les diktats économiques et les tentations nationalistes

24052019

Communiqué du LRDG77 – Les Radicaux de Gauche de Seine & Marne.

Le 26 mai, nous allons voter pour renouveler nos représentants au Parlement européen, l’instance la plus démocratique de l’Union européenne, car elle représente directement les peuples qui la composent.

Toutefois, le risque d’abstention est fort pour ce scrutin. Une abstention due principalement à la méconnaissance par les citoyens européens du rôle du Parlement. Un Parlement qui partage son pouvoir législatif avec le Conseil de l’Union européenne, et dont les pouvoirs se sont accrus lors des dernières années.

Avec le Brexit, la montée des populismes, voire des extrémismes. Avec le dérèglement climatique, entrainant catastrophes naturelles et humaines. Avec la politique de traités de libre-échange, faisant la part belle au libéralisme sans contrôle au détriment des populations et de leurs droits. Avec les atteintes aux droits des femmes, des homosexuels, des minorités et aux libertés de la presse et d’expression. L’Union européenne se trouve à un moment capital pour son avenir.

Allons-nous laisser le Parlement et l’Europe entre les mains de populistes, prêts à détruire 60 ans de construction européenne, de paix et de coopération ? Ou bien encore, entre les mains de libéraux, qui veulent faire passer par l’Union ce que les peuples leur refuseraient dans leur pays, qu’il s’agisse de la destruction des services publics, des droits sociaux, environnementaux et humains ?

Le scrutin du 26 mai doit être un message envoyé aux gouvernements :  » Non ! Les peuples d’Europe ne veulent pas de votre politique ! Ils désirent la paix, le respect des droits humains et la sauvegarde de l’Humanité menacée !  »

Les Radicaux de gauche de Seine-et-Marne – LRDG77, fidèles à la doctrine radicale, qui a toujours porté ses militantes et ses militants vers la construction d’une Europe unie, sociale et ouverte, avec l’ambition de voir émerger une Europe fédérale, appellent à voter pour des listes qui sauront répondre, d’une manière novatrice, aux besoins de progrès, de justice sociale, de droits humains et de protection de l’environnement et qui avec les peuples européens, choisiront de construire une Europe qui refusera les diktats économiques et les tentations nationalistes.

Le 26 mai, rejetons les extrémistes, les conservateurs, les libéraux et leurs alliés sociaux-libéraux et votons pour les listes sincèrement de gauche, républicaines, progressistes et sociales.

LRDG77




Le 8 mars, une journée pour mettre l’accent sur 365 jours de luttes.

8032019

Créée aux Etats-Unis en 1911, à partir de la revendication des Femmes américaines pour le droit de vote, le droit au travail et la fin des discriminations professionnelles, internationalisée par les Nations-unies, en 1977, pour célébrer la lutte des Femmes en faveur de leurs droits, la Journée Internationale des Femmes, demeure , malgré les années,  d’une absolue nécessité.

Cette journée du 8 mars est l’occasion de mettre en avant les revendications,  pour la reconnaissance de leurs droits, partout dans le monde, y compris dans notre pays, que les Femmes mènent au quotidien. Des revendications que le mouvement Les Radicaux de Gauche (LRDG) soutient et accompagne par des propositions innovantes et progressistes.

Face aux inégalités sociales, aux difficultés économiques et aux actes de violences, qui sont encore trop souvent la norme, Les Radicaux de Gauche relèvent 5 axes sur lesquels notre pays est appelé à progresser pour lutter contre les inégalités Femmes-Hommes : l’éducation, l’égalité professionnelle, la responsabilité parentale, l’ouverture de la PMA à chaque femme et la lutte contre les violences conjugales, sexuelles et sexistes.

Par l’éducation, les LRDG entendent sensibiliser tous les acteurs de la scolarité, des enseignants aux élèves, en passant par les parents,  pour combattre les stéréotypes liés au genre, qui influencent les futurs rapports Femmes-Hommes, ainsi que les perspectives d’orientation professionnelle. A ce sujet, nous saluons la décision de l’Académie française d’engager un travail sur la féminisation des noms de métiers.

Les Radicaux de Gauche veulent aussi sensibiliser les entreprises sur le respect de l’égalité salariale, prévu par la loi. Pour les LRDG, le non respect de la loi doit être sanctionné systématiquement et étendu à l’ensemble des entreprises. Nous regrettons que les 5 critères retenus pour la notation des entreprises, ne permettent pas de rendre visibles les seules inégalités salariales. Des campagnes de lutte contre le harcèlement doivent être encouragées dans les entreprises.

Les LRDG proposent aussi, la création d’un vrai congé paternité, financièrement incitatif, véritable partage des responsabilités éducatives et un moyen direct de lutter contre les discriminations professionnelles envers les Femmes, susceptibles de devenir mères.

L’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes, est une proposition que font les LRDG pour mettre fin à toute distinction liée au statut conjugal ou à l’orientation sexuelle de la Femme.

Les Radicaux de Gauche considèrent ces mesures comme un véritable investissement de la République en faveur d’un combat proactif contre les inégalités et surtout, les violences faites aux Femmes. Cependant, elles doivent être accompagnées par des mesures volontaristes et un budget spécifique à la hauteur des enjeux, pour faire face à ces violences et assister les victimes. Pour cela, les LRDG proposent un investissement financier massif dans la formation des forces de l’ordre, et de tous les intervenants auprès des victimes, la création de brigades départementales  dédiés dans les commissariats, l’hébergement, la protection et l’accompagnement judiciaire des victimes.

Les Radicaux de Gauche entendent par leurs propositions participer à la lutte contres les inégalités et souhaitent les voir reprises par le Gouvernement, en faveur de cette « grande cause nationale » qui ne peut rester qu’un simple effet de communication.

Pour le mouvement Les Radicaux de Gauche en Seine & Marne

Christophe François




Rejoignez le Mouvement Les Radicaux de Gauche

11022019

Nous, Radicaux de Gauche, portons le projet d’une République laïque, démocratique et sociale, qui place le citoyen au cœur de nos actions et propositions, pour une société plus juste, plus solidaire, une société de progrès possible et partagé.

Rejoignez nous !

adhesionRDG1




Les convictions radicales, ce n’est pas de la godille !

8022019

Le radicalisme est une doctrine plus que centenaire et son histoire se confond avec la République. J’ose même le dire que le Radicalisme, c’est la République. Son positionnement à gauche à toujours été pour moi, une évidence. C’est pour cela, qu’en 1989, j’ai adhéré à ce qui était alors le MRG.

Au fil des ans, j’ai constaté amèrement que mon parti devenait un syndicat d’intérêts particuliers, tenu par quelques barons, faisant congrès après congrès, allégeance au monarque absolu. Monarque qui choisissait ses vassaux, les fayots du cassoulet, et ses opposants.

Ce parti n’était alors plus la République.

Mais était-il possible d’être radical, en dehors du Radicalisme ?

A cela, ce sont ajoutées, les pertes électorales qui scrutin après scrutin, amenaient à la disparition des radars électoraux, du radicalisme. Mais, l’essentiel était sauf, le monarque conservait sa couronne, de plus en plus petite, et il attribuait, avec l’aide de nos alliés, des fiefs aux barons et parfois aux baronnes.

Cependant, l’irruption d’un pseudo nouveau monde allait rebattre les cartes.

Le monarque n’était plus en position de sauver sa place, ni celle de ses derniers fidèles. Non pas, par une espèce de conjuration de « jeunes turcs », prêts à prendre le parti, comme on cueillerait un fruit trop mûr, mais simplement par le fait que, par ce système, le PRG devenait une coquille vide.

Un système qui n’avait pas su retenir des députés sortants partis chez Macron, il n’avait pas jugé inopportun de voir des ministres issus de nos rangs, nommés dans le gouvernement, tout juste avait-il sauvé le siège de députée de la royale protégée, qui par le plus grand des hasards, ne trouva pas de candidat LREM face à elle.

Il fallait sauver les meubles, il fallait sauver les positions, il fallait sauver la Dauphine.

Alors, naquit la brillante idée, en ces temps de remue-méninge politique, de reconstituer un parti radical unique, basé sur l’indépendance, sur la reconquête, sur la construction européenne. Un parti radical digne de son histoire et repartant de zéro.

Et était-il possible d’être radical, en dehors du Radicalisme ?

Je me souviens que n’avoir été pas très emballé par le sujet et que je discernais bien les dérives possibles de cette fusion. Que celle-ci se ferait au prix du reniement de notre histoire, de nos alliances, de nos convictions, de notre investissement radical dans les gouvernements et diverses majorités de gauche. Au prix de nos silences répétés, face à la destruction de notre pacte social, aux accommodements présidentiels avec la laïcité et aux atteintes programmées de la démocratie parlementaire. Des craintes justifiées. Et je m’étais donné un délai de réflexion raisonnable pour prendre une position définitive. Mais la dérive se faisant de plus en plus pressante, j’ai décidé de ne plus l’accompagner. Ainsi, que les femmes et les hommes responsables de celle-ci.

Des femmes et des hommes, qui aujourd’hui, ne se retrouvant pas dans les positions qu’ils recherchaient pour eux-mêmes, se voyant manœuvrer par plus malins qu’eux et se retrouvant minoritaires, donc plus en position de jouer les distributeurs de grâces, ont décidé, sous la forme d’une lettre digne de matamore, de quitter leurs nouveaux amis, pour redevenir maitres chez eux et reprendre le jeu d’hier, sans comprendre que les temps avaient changé.

Si PRG, il doit y avoir de nouveau, il ne peut se faire avec les fossoyeurs du PRG d’hier, monarque comme vassaux.

Certes le Mouvement Les Radicaux de Gauche n’est pas parfait, parfois il reproduit des méthodes d’hier, peut-être dans l’ urgence. Mais, la chance de ce parti est qu’il est neuf, et qu’il nous appartient à tous d’en faire ce parti radical de gauche, républicain et démocratique, que n’était plus le PRG.

Je regrette par conséquent la décision, de certains de mes amis, de quitter le mouvement Les Radicaux de gauche, avant d’avoir pu laisser à celui-ci le temps de s’installer dans le paysage politique et à ses adhérents d’inventer un nouveau radicalisme de gauche, regardant l’avenir avec confiance.

Cette décision entrainera probablement la disparition, que je souhaite temporaire, de la fédération RDG77.

Pour ma part, je ne m’associerai pas à cette restauration de la monarchie Cassouleto-dépêcho-durocienne, et à ses allers-retours dans les valises macroniennes.

Le Radicalisme à la godille n’est pas pour moi.




Scission entre les Radicaux sociaux-libéraux et les Radicaux valoisiens

7022019

La réaction de la direction des Radicaux de Gauche à la scission entre d’ex-PRG et des radicaux valoisiens.

 » Nous avons pris connaissance des déclarations de certains radicaux sociaux-libéraux annonçant leur volonté de rompre avec le MRSL.

Force est de constater que l’analyse qui nous avait convaincus de l’inanité de la confusion du radicalisme de gauche dans un fourre-tout politique centriste indistinct est désormais partagée par une partie des cadres du MRSL, pourtant à l’époque farouches partisans de cette fusion.

Depuis plus d’un an, les Radicaux de Gauche ont pris le parti de maintenir vivantes les valeurs du plus vieux parti de France. Convaincus qu’il existe encore une gauche et une droite politiques, alternative nécessaire à une démocratie vivante, nous portons clairement nos positions en faveur d’un projet de société progressiste, européen, laïque, écologique et solidaire.

Notre mouvement est par définition ouvert à tous ceux qui partagent ces valeurs, c’est pourquoi nous invitons celles et ceux qui, lassés par les errements politiques qui se succèdent depuis 18 mois, souhaitent s’inscrire dans un engagement politique sincère et cohérent à nous rejoindre. »

Virginie Rozière et Stéphane Saint-André,

co-Présidents des Radicaux de Gauche




Les manifestations doivent se dérouler dans le respect des droits fondamentaux

18012019

La Coprésidente du Mouvement Les Radicaux de Gauche et Eurodéputée Virginie Rozière demande au gouvernement de respecter les droits fondamentaux des manifestants, dans le cadre du maintien de l’ordre, afin de restaurer un cadre serein pour le débat et le dialogue.







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...