Le tribunal judiciaire de Paris donne raison aux Radicaux de Gauche – communiqué national

21022021

 

What do you want to do ?

New mail

152765384_10224987837820738_7423005593412756381_n



Les Radicaux de gauche 77 – Adhésions

6012021

lrdg77




Universités de la Gauche Républicaine – Le Programme

19112020

Vu sur le site des Radicaux de Gauche – LRDG

Les Universités de la Gauche Républicaine se tiendront en ligne sur les réseaux sociaux des organisations participantes, les samedi 21 et dimanche 22 novembre 2020.

ugr2020

What do you want to do ?

New mail

La lettre

Au moment où la France affronte une crise d’une ampleur inédite, nous pensons que la réponse républicaine s’impose. Contrairement à ce que la communication gouvernementale laisse à penser, la République n’est pas un slogan creux ou une référence molle, mais une politique en action pour faire avancer partout, concrètement la démocratie, l’égalité et la justice !

Aussi avons-nous besoin, plus que jamais, d’une République socialement, politiquement et, écologiquement forte, dont les assises (la participation citoyenne, la cohésion sociale, la volonté d’égalité) soient consolidées pour faire reculer et l’extrême-droite xénophobe et le néolibéralisme, l’injustice sociale comme toutes les formes de discrimination.

Notre conviction commune : si Les Français doutent, si la démocratie est à la peine, c’est que l’esprit Républicain, la promesse de la République, les principes de la République s’affaiblissent !

L’universalisme et l’humanisme, sur lesquels est fondée notre société, sont critiqués parfois depuis les rangs mêmes de ceux dont la vocation est de les défendre. L’intérêt général est quotidiennement mis à mal par le poids des lobbies et le suffrage universel fragilisé par la montée continue de l’abstention.

Non seulement nos services publics, notre système de protection sociale sont régulièrement attaqués, mais jamais le mépris et l’arrogance à l’égard des plus modestes n’a été aussi ouvertement affiché. Non seulement nos libertés vont de crise en crise, de plus en plus écornées, mais le rapport entre les citoyens, sa justice et sa police ne cessent de se dégrader.

Or, la République ne peut que s’affaiblir de chaque nouvelle injustice sociale, de chaque recul des droits, de chaque entorse faite à la Fraternité.

Ensemble, nous travaillons à des réponses concrètes : pour un engagement citoyen retrouvé, des institutions revitalisées, des solidarités entre tous revivifiées.

Ensemble, nous voulons faire vivre une République qui se revendique pour ce qu’elle doit être : sociale, démocratique, laïque et écologique.

 

SAMEDI – 10h à 12h

Qu’en est-il aujourd’hui de la promesse républicaine ?

La République est un idéal et une promesse adressée à tous. L’émancipation individuelle et collective est-elle en panne ? La résurgence d’exigences identitaires et le retour en fanfare du cléricalisme sont-ils inévitables ? Que peut offrir la République à ceux que la naissance n’a pas placé du côté de la possession des richesses et des savoirs? La République peut elle être convaincante si dans la réalité, l’égalité, la liberté et la fraternité ne progressent pas et si les politiques menées vont à rebours de ses principes?

SAMEDI – 12h30 à 14h

L’hôpital en danger

Depuis bientôt un an, nous vivons une crise sanitaire inédite par son étendue et ses conséquences. Nous payons le prix de décennies de coupes budgétaires et de marchandisation de la santé public. Quel regard les soignants ont-ils sur cette crise ? Quelles ont été les succès de la mobilisation pour l’hôpital public débutée avant la crise ? Comment reconstruire une politique de la santé qui protège la population et les soignants ?

SAMEDI – 15h à 16h30

Science, expertise et démocratie

Que ce soit pour traiter des « fake news », de la crise sanitaire ou de l’économie, les médias font plus que jamais appel à des scientifiques et des experts, parfois autoproclamés. Quelle est la réalité de cette expertise et de son indépendance ? Quelle place la méthode scientifique doit-elle occuper dans le débat public ? Comment en France, restaurer un haut niveau de recherche au service du progrès humain ? Comment diffuser des informations vérifiées sans créer de dogme indiscutable ? Comment concilier rigueur de l’analyse scientifique et pluralité des opinions

SAMEDI – 17h à 19h

À la conquête du plein emploi

Le chômage de masse s’est établi de manière durable en même temps que la France se désindustrialisait. Comment garantir à chacun le droit de vivre de son travail ? Sommes-nous condamnés à généraliser la précarité et la remise en cause du droit du travail pour que chacun ait un emploi ? Reindustrialisation, emplois répondant aux besoins éducatifs et Sociaux, à la transition écologique , évolutions technologiques et réduction du temps de travail permettent ils de réinventer le plein emploi?

DIMANCHE – 10h à 11h30

La fracture territoriale

Des bonnets rouges aux gilets jaunes, les luttes sociales récentes ont révélé l’ampleur de la fracture territoriale et la gravité du repli des services publics. Métropoles connectées à la mondialisation contre campagnes abandonnées et villes moyennes délaissées. centres-villes gentrifiés contre banlieue précarisée quel est l’état des lieux de ces inégalités de plus en plus visibles ? Face à l’archipellisation de la société, la décentralisation et la différenciation promues par Jean Castex est-elle la solution ? Comment rendre la République, une indivisible et garante de l’égalité ?

DIMANCHE – 12h à 13h30

Union de la (jeunesse de) gauche : mythe incantatoire ou nécessité politique ?

Alors que l’objectif politique de la GRS et d’autres organisations de la gauche républicaine est de bâtir un nouveau Front populaire, comment celui-ci se matérialiserait-il dans la société actuelle ? Là où certains le voient comme une union des forces de gauche, d’autres le conçoivent à l’image du peuple avant tout, créant de fait des dissensions. La plateforme Résilience commune à laquelle participe le pôle thématique jeunesse de la GRS s’inscrit plutôt dans la première optique en vue de proposer une série de propositions pour penser ledit “monde d’après”. Mais cette approche est-elle politiquement cohérente et efficace pour l’émergence d’un pôle républicain et socialiste de gauche ?

DIMANCHE – 14h à 16h

Reprendre notre destin en main : une grande bifurcation pour la France et l’Europe

La mondialisation, la mise en concurrence généralisée et la résignation politique ont privé les Français de choix sur les chemins que prend notre pays, tandis que les libéraux se sont assis sur le référendum de 2005. La logique européenne à l’œuvre depuis Maastricht est de faire l’UE en défaisant la France et les autres Etats-Nations. Comment redonner à la France le contrôle de son destin ? Comment faire vivre la souveraineté du peuple français ? Que faire pour éviter la marginalité et décider nous-mêmes de notre avenir ?

 




Les Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe appellent au rassemblement de la gauche sur le territoire de l’Agglomération

5072020

Communiqué vu sur la page facebook des LRDG Val d’Europe

 

 » Les Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe se félicitent des excellents résultats obtenus par les listes d’Union de la Gauche, sur tout le territoire français et en particulier en Seine-&-Marne. Mais, il n’en va pas de même sur notre Agglomération.

Comme nous le communiquions en mars dernier, aucune de nos communes n’a vu se constituer de listes clairement affichées à Gauche. Sur l’ensemble des 10 communes, une seule, St-Germain sur Morin, voyait se présenter une liste officiellement Divers Gauche (DVG).

Probablement, on peut penser que réparer une canalisation défaillante ou organiser un bal du 14 juillet n’est ni de droite, ni de gauche. Peut-être ! Même, si certaines communes de l’Agglo n’organisent pas de festivités pour la fête nationale, journée républicaine, s’il en est. Cela, doit bien vouloir dire quelque chose.

Mais, au-delà de nos communes, nous attirions l’attention sur l’Agglomération. Un territoire de 50 000 habitants, aux larges compétences, comme le transport, le logement, particulièrement le logement social, la politique de la ville, les équipements publics ou l’environnement. Et, dont les choix pour leur mise en œuvre relèvent de décisions politiques qui sont différentes, si elles sont de droite ou de gauche.

Certes, nous sommes conscients que la population présente sur le Val d’Europe est socialement de droite. Les décisions en matière de logements n’ont pas attendu 2020 pour concrétiser cette orientation.

Et, c’est pour cela que nous regrettons qu’aucun élu, clairement déclaré à gauche, ne siégera au Conseil communautaire pour dire que d’autres voies dans l’aménagement du territoire sont possibles. Nous avons 6 ans pour remédier à cette situation.

Dans cette optique,  nous, Les Radicaux de Gauche – LRDG souhaitons que toutes les habitantes et tous les habitants du Val d’Europe, humanistes, progressistes, républicains, écologistes, et qui désirent s’engager nous rejoignent.

Et par là même, nous appelons les forces de progrès au rassemblement  pour construire pour 2026, sur le Val d’Europe, un projet social, républicain et écologique, pour une alternative citoyenne et progressiste au service de tous les Valeuropéens. »

 

Pour les Radicaux de gauche – LRDG du Val d’Europe »

Christophe François

 

reflexmuni

 

What do you want to do ?

New mail

Les Radicaux de Gauche - LRDG du Val d'Europe appellent au rassemblement de la gauche sur le territoire de l'Agglomération dans Gauche



Adhérez aux Radicaux de Gauche – LRDG

21012020

Cette année 2020 va être placée sous le signe du militantisme, pour porter nos valeurs et nos propositions lors des municipales 2020, pour défendre notre système de retraites, pour la justice sociale, pour les droits nouveaux…

Nous lançons la campagne d’adhésion et ré-adhésion 2020, car nous aurons besoin de toutes les forces pour mener ces batailles politiques.

nationaladhésion




Les Radicaux de Gauche – LRDG – Valeurs et engagements

11012020

eyJwYXRoIjoiXC9wdWJsaWNcL3VwbG9hZFwvc2NyZWVuc1wvMjIxMjAzXC9mN2Y3NWRlYTBmYjU0NDBhZmRhNmVkYjc1YzIzNjUxNi0xNTc1NTUzNDI4LnBuZyJ9 frontify DUxCmO2KafmBIklWef_SIYtut_FFbVsJgdOS7prwTMo

1

Nous radicaux de gauche portons le projet d’une République laïque, démocratique et sociale plaçant le citoyen au cœur de nos actions et propositions pour une société plus  juste, plus solidaire. Une société de progrès possible et partagé.
C’est la volonté de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité qui nous anime. Oui il existe encore une gauche et une droite politiques car elles sont porteuses de choix, donc de démocratie vivante. Oui, il nous faut afficher clairement nos positions en faveur d’un projet de société progressiste, européen, et solidaire digne du 21e siècle dans le respect de chaque citoyen.

2

Progressistes, nous pensons qu’il faut favoriser l’émancipation de chacun par l’éducation, les libertés individuelles, la culture, par l’autonomie de vie pour toutes les générations.
De nouveaux droits sont également à mettre en œuvre pour assurer une égalité et une dignité de tous. Nous sommes résolument attachés à la loi de 1905 et à son esprit, nous refusons les dérives communautaristes tout comme le repli sur soi, la tentation identitaire.
Si nous croyons globalement dans le progrès, nous savons qu’il doit avoir comme but l’intérêt général, la prise en compte des générations futures et le respect de l’humain. Nous appelons d’ailleurs à prendre en compte les enjeux liés au risque climatique, au dysfonctionnement de la chaîne alimentaire du paysan au consommateur, aux révolutions technologiques ou aux questions éthiques qu’elles soulèvent.

3

Démocrates, nous sommes déterminés à renforcer la participation du plus grand nombre à l’action publique, en écoutant les initiatives qui s’expriment par de nombreux mouvements citoyens, en intégrant et en inventant de nouvelles formes de participation. Notre pays est riche d’une histoire associative, syndicale, politique ou coopérative, cultivons là.
Nous souhaitons réinventer un équilibre institutionnel qui donne un rôle fort au Parlement face à un pouvoir exécutif qui le cantonne à une simple chambre d’enregistrement. Il est également nécessaire de donner aux collectivités territoriales les moyens de leur politique, notamment sur le plan financier car elles ne peuvent continuer à être tributaires d’allocations ou de dotations incertaines. Etre démocrate, c’est aussi vouloir évaluer l’action publique. Nous voulons remettre la décentralisation et les territoires au coeur de notre projet car ils sont une force et une richesse.
Nous devons relancer l’éducation populaire, qui est source de progrès social et d’émancipation et contribue à la citoyenneté.
Etre démocrate c’est aussi protéger la liberté et l’indépendance de la presse et des autres médias ainsi que les lanceurs d’alerte qui constituent des contre-pouvoirs essentiels.

4

Républicains, nous considérons la justice comme un pilier fondateur de notre démocratie, de nos valeurs et de notre engagement. Nous devons nous donner les moyens d’une justice indépendante, dans tous nos territoires et pour tous, afin de préserver les droits de chacun et de garantir l’intérêt commun. Pour garantir ce dernier, il faut également aller plus loin dans l’exigence de probité et de transparence de tous les acteurs de la vie publique etc.

5

Européens convaincus, nous voulons une Union européenne solide, solidaire, démocratique et responsable, une Europe qui soit politique et pas réduite à une combinaison d’intérêts économiques face aux blocs des Etats-continents.
Nous portons le projet d’une Europe fédérale sociale et volontaire qui assure la protection des libertés individuelles et de l’état de droit, qui garantit la diversité des cultures et des peuples européens. Il nous faut une Europe qui n’oublie pas ses valeurs, la solidarité et la paix au sein de l’espace européen et son devoir de solidarité l’égard de ceux qu’elle a vocation à accueillir. Il nous faut donc en revoir le contenu et les règles.

6

Solidaristes, nous voulons une société fraternelle qui accueille dans la tradition humaniste française les plus vulnérables dans des conditions dignes. Notre modèle social doit allier solidarité et responsabilité : un système de santé juste et efficace, la prise en compte de nouveaux risques. Il faut également concrétiser le droit au logement pour tous, et en particulier les plus démunis, et, naturellement, une politique d’emploi et un droit du travail qui accompagnent et parient sur la formation, un système équilibré de répartition des richesses qui n’exclut personne. Il est urgent de lutter pour des conditions de vie digne contre le sentiment de dépossession et la réalité du déclassement qui accablent certains de nos concitoyens et les laissent désemparés, amers face à la promesse républicaine.
Pour nous, le développement des services publics, notamment de l’école laïque, publique et obligatoire, est une priorité fondamentale. Nous accordons à la formation, à l’université et à la recherche la même importance. Chacun doit y avoir un accès égal.

7

Ecologistes, nous proposons d’avancer avec détermination dans la transition énergétique mais aussi de protéger notre biodiversité et de promouvoir une agriculture durable. Au-delà, c’est notre modèle de progrès global et notre fonctionnement social qu’il faut revoir. Cela signifie, par exemple, soutenir la création d’emplois en proximité et assumer des choix courageux en matière d’urbanisme et d’infrastructures, pour limiter par exemple les déplacements domicile-travail et favoriser les transports collectifs. Nous devons revoir la préservation et la gestion de l’accès à l’eau, bien commun de l’humanité.

 

8

Amoureux des libertés, nous sommes protecteurs des droits de l’individu, favorables à l’initiative individuelle. C’est pourquoi nous militons pour le développement des entreprises avec un pacte social, fiscal et numérique renforcé. Nous voulons investir dans l’avenir en favorisant la création d’activités. Nous encourageons l’initiative privée, associative, sociale et solidaire, de proximité. Nous souhaitons un développement au service de l’humain et respectant la planète. Nous rejetons le libéralisme mal compris et débridé qui accentue les fractures économiques, sociales et géographiques. Nous ne constatons que trop les ravages de ce libéralisme dévoyé, dont les dégâts sont démultipliés par les innovations technologiques qui devraient, au contraire, améliorer nos conditions de vie. Ce libéralisme brutal nous le récusons car il fracasse un peu plus chaque jour les solidarités et les protections collectives conquises par les combats des générations précédentes.

9

Forts de ces valeurs, nous nous engageons résolument à contribuer au renouvellement des pratiques politiques en commençant par nous-mêmes : ouverture au débat, démocratie interne, compte rendu de mandat, parité et une réelle place aux jeunes.

10

Nous entendons porter cet engagement le plus loin possible en participant à la reconstruction d’une gauche de gouvernement de l’échelon local au Parlement européen. Nous appelons tous les humanistes et progressistes à nous rejoindre : nous sommes indépendants, ouverts aux échanges avec les autres mouvements partageant nos constats et nos combats.
Nous sommes libres, adogmatiques, déterminés et de gauche car être radical c’est être de gauche et acteur du rassemblement des forces de gauche !

 







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...