Le train demeure un outil de développement, même pour le Val d’Europe

17012019

Le train demeure un outil important de développement. Nouvelle liaison Amsterdam-Marne-la-vallée-Chessy.

La réaction des Radicaux de Gauche du Val d’Europe. (vu sur leur page facebook)

Le train, moyen de transport de plus de 150 ans, a toujours été un outil de développement économique de premier ordre.
A contrario, la fermeture de lignes est un signe précurseur de désertification du territoire.
L’augmentation de l’activité ferroviaire, même sur des lignes déjà en pleine exploitation, est un critère qui consacre la vigueur d’une région et qui lui offre des opportunités supplémentaires de développement.
C’est le cas de l’ouverture prochaine de la liaison Amsterdam-Marne-la-vallée-Chessy par la compagnie Thalys.
Cette liaison, qui mettra le Val d’Europe à 1h30 de Bruxelles et à 3h40 de la capitale néerlandaise, est l’exemple même de l’atout que représente le rail pour le développement du secteur.
Au-delà, de la desserte des parcs d’attractions, qui est probablement la raison première de cette ligne, c’est tout le tissu économique du Val d’Europe qui va bénéficier de l’occasion d’accroitre ses relations avec le Benelux et l’Allemagne du nord. Il appartiendra alors aux entreprises à s’en saisir pleinement.
Les Radicaux de Gauche du Val d’Europe, attachés au développement économique du territoire, à la diversification de celui-ci et à son ouverture européenne, se réjouissent des opportunités que cette liaison va offrir au Val d’Europe, à sa population et à ses entreprises.




Rejet de l’accord de Brexit

16012019

Virginie Rozière, Eurodéputée Radicale de Gauche et coprésidente du Mouvement Les Radicaux de Gauche revient sur les options qu’il reste aux Britanniques après le rejet par leur Parlement, de l’accord de sortie du Royaume-uni de l’Union européenne.




Gilets jaunes : replacer la crise à son juste niveau en impliquant les entreprises.

6122018

« La première responsabilité sociale des entreprises c’est de payer correctement les salariés » estime Virginie Rozière (vu sur la page facebook du Mouvement Les Radicaux de Gauche )

Après l’annonce d’un moratoire sur la taxe sur les carburants par le Premier ministre, les co-présidents des Radicaux de Gauche, Virginie Rozière et Stéphane Saint-André, souhaitent replacer le débat à son juste niveau en impliquant aussi les entreprises. Ils considèrent en effet que les revendications des Gilets Jaunes constituent un révolte sociale profonde dont les solutions de sortie ne peuvent passer que par de nouvelles négociations salariales, tant dans la fonction publique que dans les entreprises.

Cette gronde sociale était prévisible : les salaires augmentent moins que l’activité économique. Il ne s’agit pas d’un simple coup de gueule lié à la taxe sur le carburant. » explique Virginie Rozière qui considère notamment que « la revalorisation du SMIC est indispensable. C’est une décision qui relève du Gouvernement, tout comme la revalorisation du point d’indice dans la fonction publique. L’Etat peut, l’Etat doit faire un geste pour prendre en compte les difficultés de celles et ceux qui se trouvent dans cette précarité ».

Au-delà d’une implication directe du Gouvernement, les co-présidents des Radicaux de Gauche souhaitent que les chefs d’entreprise soient aussi mises en face de leurs responsabilités. « Pour le patron du Medef, la hausse des salaires et l’embauche sont uniquement conditionnées à la baisse des charges sociales et patronales. C’est indécent ! La première des responsabilités sociales des entreprises est le pouvoir d’achat des salariés. Aujourd’hui la progression des salaires ne suit pas le rythme de la croissance économique. » précise Stéphane Saint-André.

En effet, en 2019, le cumul de baisse des charges additionnée à au maintien du CICE devrait générer un doublement des aides aux entreprises. « Fin de l’ISF, flat tax, CICE, baisses de cotisations… Les actionnaires et les entreprises ont eu beaucoup de cadeaux depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Il est temps de redistribuer. » ajoute la députée européenne, Virginie Rozière.

Nous en appellons à l’ouverture rapide de négociations salariales dans toutes les branches professionnelles et dans la fonction publique. «Le Gouvernement a cru à tort pouvoir se passer des corps intermédiaires. Aujourd’hui il est de sa responsabilité de mettre autour de la table les organisations salariales et patronales pour décider rapidement de mesures concrètes et fortes pour le pouvoir d’achat des salariés. Sans cela, la faible annonce d’un moratoire sur les taxes ne suffira pas à stopper la colère du peuple. » concluent-ils.

 

 




Barreau routier A4 – RN36. La réaction des Radicaux de Gauche du Val d’Europe.

5122018

Après des années de tractations entre les pouvoirs publics et la SANEF, les riverains de la D406 à Bailly-Romainvilliers vont-ils voir se solutionner les problèmes de trafic sur leur commune ?

La réaction des Radicaux de Gauche du Val d’Europe sur leur page facebook

 » Une des grandes difficultés de circulation sur le Val d’Europe semble devoir trouver une issue favorable aux habitants et aux usagers de la route de l’Agglomération.
Il s’agit de la traversée de Bailly-Romainvilliers (D406) par les automobilistes qui veulent échapper au péage de l’A4, pour rejoindre la RN36.
La SANEF, (Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France) semble enfin disposée à dialoguer concrètement avec les collectivités, après que les gouvernements et les majorités départementales successifs se soient investis pour ouvrir ce dialogue.
Les Radicaux de gauche du Val d’Europe se réjouissent que l’esquisse d’une solution se dessine et souhaitent qu’à la prochaine réunion, prévue au cours du 1er trimestre 2019, la SANEF et les collectivités trouvent un accord qui permettra durablement, aux riverains de la D406 et à tous les Romainvillersois de retrouver la tranquillité et la sécurité. »




L’agglomération du Val d’Europe renonce-t-elle aux casinos, la réaction des RdG du Val d’Europe

4122018

Article vu sur la page facebook des Radicaux de Gauche du Val d’europe

 » Il y a quelques mois, les Radicaux de gauche du Val d’Europe se montraient sceptiques face au projet de l’Agglomération d’orienter l’activité du secteur vers une activité basée sur l’industrie du jeu, pour en faire le centre européen du jeu d’argent.
Aujourd’hui, ce projet semble être mis de coté, et probablement sera abandonné dans les mois à venir, tant les conditions légales et les questions foncières semblent difficiles à surmonter.
A l’époque, nous attirions l’attention des élus sur les difficultés rencontrées par les cercles de jeux parisiens, aux fréquentations douteuses. Une réserve que semblent reprendre à leur compte, des élus communautaires, répondant, surement ainsi, à l’inquiétude d’une partie de la population.
Les Radicaux de gauche comprennent et soutiennent les initiatives qui permettent de soustraire l’Agglomération au seul modèle économique lié au parc d’attractions, mais ils souhaitent que le développement du secteur se fasse en concertation avec la population et qu’il réponde avant tout à ses besoins. »




Gilets jaunes : Appel des Radicaux de Gauche pour une sortie de crise.

3122018

Position des Radicaux de Gauche pour une sortie de crise, texte de Virginie Rozière et de Stéphane Saint-André, coprésidents du mouvement et publié sur le site des RDG : Les Radicaux de Gauche

En préambule, les Radicaux de Gauche condamnent avec la plus grande fermeté les actes de violence commis dans le cadre de ce mouvement.

Face à l’escalade de la violence et au durcissement du mouvement des « gilets jaunes », après un troisième samedi de mobilisation, les Radicaux de Gauche appellent le Gouvernement à trouver une voie d’apaisement et à éviter que la colère qui s’exprime ne bascule durablement dans des formes d’expression violentes.

Les Radicaux de gauche considèrent que la déclaration de l’état d’urgence ne saurait en aucun cas constituer une réponse à ce mouvement. Outre le fait qu’une importante part des mesures de l’état d’urgence ont été incluses dans le droit commun il y a un an, s’engager dans une surenchère sécuritaire ne serait que la confirmation de la surdité du Gouvernement aux revendications avant tout politiques et sociales de ce mouvement.

Les Radicaux de Gauche entendent la colère de celles et ceux qui peinent à boucler leur fin de mois et qui se heurtent depuis un mois au silence du Président de la République et soulignent la nécessité d’une réponse forte et rapide sur la base des mesures suivantes :

  • Rétablissement de l’ISF,
  • Annulation de la hausse de la taxe sur les carburants,
  • Suppression de la hausse de la CSG pour les retraités,
  • Hausse du SMIC, des minima sociaux et des petites pensions,
  • Annulation de la baisse des APL et du gel des prestations sociales.

Concernant la réforme des institutions les Radicaux de Gauche sont favorables à l’introduction de la proportionnelle pour les élections législatives et à une citoyenneté renforcée.

Les françaises et les français ont besoin de renouer le lien avec leurs élus nationaux, et, ils ont le droit de bénéficier d’un service public efficace et présent sur tous les territoires. Comment ne pas comprendre la colère de nos concitoyens qui se sentent abandonnés face au recul de ces services, qui subissent les hausses de toute part et qui, dans le même temps, voient les riches s’enrichir un peu plus.

Seules des mesures à même de lutter contre les inégalités, peuvent permettre de redonner du sens à la promesse républicaine de justice et d’émancipation et restaurer ainsi la confiance des citoyens en la République.

Les Radicaux de gauche appellent le Président de la République et le Gouvernement à prendre sans attendre les mesures qui s’imposent.

C’est le message clair que nous délivrerons aujourd’hui au Premier Ministre.

 

 







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...