La justice sociale ne vaut que si elle profite à tous.

10052021
En Seine-&-Marne, 50% des déplacements, 63% des déplacements professionnels, se font en voiture. Faute de transports publics de qualité, les habitants du département sont condamnés à utiliser leur véhicules personnels. Les développements de ces mêmes transports touchent prioritairement l’hypercentre francilien et l’aire du Grand Paris, avec son Grand Paris Express, qui frôlera, mieux qu’il desservira le 77. Les lignes RER et SNCF sont attractives pour les agglomérations se trouvant, sur quelques kms de part et d’autre de leur itinéraire. Cela n’empêche pas les Seine-&-Marnaises et les Seine-&-Marnais de payer au travers de taxes locales pour des moyens de transports qui ne les desservent pas.
Pour financer sa proposition phare de gratuité des transports, la candidate socialiste se propose de taxer les Franciliens de 2.5 à 3 milliards d’impôts supplémentaires. Et ce de manière uniforme. Le Parisien qui emprunte souvent les transports tout comme le Seine-&-Marnais qui n’y a pas accès. De là, à penser que cette disposition est avant tout, une manière de répondre à des engagements de campagne, propre à Paris, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons, évidemment pas.
Présentée comme une mesure de justice sociale, cette proposition n’est en fait que le creusement des inégalités de transports entre l’hypercentre francilien et les territoires périphériques. Au premier, les avantages d’un système de transport gratuit. Aux seconds, le déclassement, les taxes et la perte de pouvoir d’achat.
La justice sociale ne vaut que si elle profite à tous.
Les LRDG77 ne peuvent souscrire à cette proposition qui est ni juste, ni de gauche et ni républicaine.



La gratuité des transports en IDF, dans l’immédiat, une fausse bonne idée.

2042021

Communiqué du LRDG77

Les transports sont une des compétences majeures d’une région et en Ile-de-France, cette compétence revêt un intérêt particulier, tant le nombre de déplacements effectués y est important.

C’est à ce titre que le thème de la gratuité des transports en IDF est apparu dans le débat. Ses défenseurs en font un élément de justice sociale. Mais, les Radicaux de Gauche 77, s’ils reconnaissent la pertinence de cet argument à destination des plus démunis et des jeunes, en rejettent l’application, à tous, du moins sur les toutes prochaines années. 

La gratuité est avant tout une politique favorisant l’hyper-centre francilien, principalement Paris. Mais, elle délaisse les populations périphériques de la région (50% des déplacements en Seine-&-Marne se font en véhicules particuliers). Des territoires ignorés par la majorité sortante et dont les partisans de la gratuité prolongeraient le déclassement, faute d’investissements durables et conséquents.

Pour leur part, les Radicaux de Gauche 77 préconisent des investissements massifs pour les infrastructures du RER B, le prolongement de certaines missions du RER E jusqu’a Meaux, l’électrification rapide de la ligne P jusqu’à la Ferte-Milon, l’amélioration des dessertes de la ligne D, la construction de nombreux parkings relais sécurisés et publics pour  voitures et vélos en liaison avec les gares SNCF ou routières, la multiplication de transports publics et novateurs dans tous les territoires du département, la mise à niveau de toutes les gares du 77 pour l’accès des handicapés, la construction de centaines de kms de pistes cyclables sécurisées, l’aide à l’achat de véhicules « verts », une coopération renforcée avec les régions voisines pour multiplier les arrêts de TER, auxquels s’ajoute un changement de gouvernance d’IDFMobilités, l’abandon du CDG Express et un retour de l’humain dans les petites gares.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle démontre que les besoins financiers pour augmenter la qualité des transports en Ile-de-France sont énormes et que l’enjeu ne saurait se résumer en « gratuité / non-gratuité » malgré l’importance de ce sujet. La gratuité sur les prochaines années dégraderait la qualité de transport et réduirait les investissements, à moins d’en reporter le financement sur l’impôt. 

Les Radicaux de Gauche 77 ne sauraient dans ce cas soutenir ou appeler à voter pour des listes régionales qui préconiseraient l’abandon d’une large frange de la population francilienne et refuseraient toute ambition dans le développement des transports publics dans toute l’Ile-de-France

transportsIDF-LRDG77




Aménagement du territoire, enfin de bonnes nouvelles !

6032021

En ces tristes temps, où la moindre bonne nouvelle est pour nous tous une éclaircie dans un ciel bien gris, les Radicaux de gauche du Val d’Europe en relèvent deux, qui concernent l’aménagement du territoire de notre agglomération et qui s’inscrivent dans une optique de lutte pour l’environnement et contre la pollution.

Tout d’abord, le projet de Bus en site propre devant relier la gare SNCF d’Esbly à l’hôpital de Marne-la-vallée entre dans une phase plus active, après l’approbation par IDF Mobilités du schéma de principe et du dossier d’enquête d’utilité publique, ouvrant la voie à l’enquête d’utilité publique, puis à la déclaration d’utilité publique. Les travaux étant toujours prévus pour 2026-2027. Les Radicaux de gauche du Val d’Europe sont très attachés à ce projet, qu’ils considèrent comme structurant pour l’Agglomération, dans son axe nord-sud, en favorisant les déplacements et l’unité territoriale du Val d’Europe. En liaison directe avec la ligne P SNCF, sa branche Esbly -Crécy et le RER A, cette nouvelle ligne particulière de bus sera au centre de liaisons de transports publics à même de combattre l’augmentation du trafic routier sur le territoire.

Autre nouvelle d’importance pour les Valeuropéens, la mise en route du barreau de contournement de Bailly-Romainvilliers, qui permettra de libérer la D406, traversée sur toute sa partie nord par la circulation de voitures et de camions, désirant éviter le péage de Coutrevoult, l’un des plus proche de la capitale. Ce projet a mis 20 ans à se concrétiser et les Radicaux de gauche du Val d’Europe avaient déjà communiqué sur le sujet, en soutenant associations et élus. Aujourd’hui, le Département 77 en a confirmé la mise en route qui représentera un réel progrès dans la qualité de vie sur Bailly-Romainvilliers, aussi bien en terme de sécurité que de pollution.

Les Radicaux de gauche du Val d’Europe se montrent parfois critiques, voire sévères, avec les politiques menées dans l’Agglo, comme dans les communes. C’est normal, puisque nous n’envisageons pas le développement du territoire de la même manière. Mais, quand les décisions prises  passent par un vrai progrès pour tous et une défense concrète de l’environnement, nous n’hésitons pas à le dire et à soutenir les initiatives, d’où qu’elles viennent.

 




Le projet de Bus en site propre EVE

3032021

 

Une étape importante dans le projet de Bus en site propre entre la Gare SNCF d’Esbly et l’hôpital de Marne-la-vallée a été franchie par IDF mobilités qui a en approuvé le schéma de principe, en février 2021.
Le site internet (suivre ce lien ) permet aux ValEuropéens de s’informer et d’obtenir des réponses à leurs questions quant à ce projet qui Bus en site propre qui devrait entrer en service en 2027.
Les Radicaux de gauche du Val d’Europe suivront de près ce projet qui répond à un besoin structurant du territoire dans son axe nord-sud. Une première sur l’Agglomération.



Communiqué des LRDG du Val d’Europe sur la ligne SNCF Esbly-Crécy

29092019

Article paru sur la page facebook des Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe

 

Le dérèglement climatique nous incite à modifier nos habitudes et particulièrement, celles liées aux transports.

Dans ce sens, les Radicaux de Gauche – LRDG du Val d’Europe se sont déjà exprimés sur l’intérêt des modes de transports doux sur l’Agglomération., ainsi que sur le réseau routier qui arrive, à certaines heures, à saturation, comme l’A4, la D406 et la D934.

En ce qui concerne cette dernière (et la D239, qui l’irrigue), la traversée des communes de St-Germain-sur-Morin et de Montry, qui vont rejoindre le Val d’Europe en 2020, représente une réelle difficulté pour ses riverains et ses usagers. La D934 traverse le département d’est en ouest, et permet aux habitants du Pays créçois de rejoindre le RER A, les centres d’emplois de Marne-la-vallée et bien sûr, la capitale.

Pour faire face à ce déferlement automobile, qui accompagne la hausse démographique du secteur, il existe une solution, durable. La branche de la ligne SNCF P, qui relie Esbly à Crécy-la-chapelle.

Cette branche, à condition d’aménagements, est la réponse que la SNCF et IDF-Mobilités peuvent rapidement, mettre en place. Dans les mêmes dispositions que celles qui ont donné lieu à la création de la ligne T4 en Seine-St-Denis, la ligne Esbly-Créçy peut être transformée en tram-train urbain, avec mise en place d’une ou deux haltes supplémentaires, d’un cadencement plus avantageux que celui d’un train par heure, en créant une voie d’évitement dans une gare du parcours et en veillant à la qualité du service, dont un collectif d’usagers dénonce les manquements récurrents..

Les intérêts à l’aménagement de cette ligne sont multiples. Maitriser les embarras de la circulation, désenclaver le Pays-créçois, favoriser l’activité économique et commerciale (marchés de Crécy et de St-Germain, par exemple), participer au développement touristique, relier plus aisément les lignes SNCF P et RER A. 

Les LRDG du Val d’Europe souhaitent que la Région, au-travers d’IDF-Mobilités et la SNCF puissent répondre aux attentes des populations riveraines de la D934 et à celles des usagers de cette navette, tout en participant au développement de ces territoires de manière durable.

 

tramtrain







LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
le blog réactif aux imbécil... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...